d_

Les romanciers japonais écrivent mal. C'est le cas de Kyôtarô Nishimura – la traduction de son roman laisse dubitatif : aucun auteur français ne pourrait se faire éditer avec un style aussi pauvre... heureusement, reste une histoire remarquable : Satô, un homme d'affaire japonais, veut découvrir comment 300 millions ont été volés lors d'un « casse » audacieux. Il décide de trouver un cobaye qui réponde parfaitement au caractéristique du premier voleur et demande à Ellery Queen, Hercul Poirot, Maigret et Kogoro Akechi de venir résoudre l'énigme !

Le principe est excitant. Le résultat, pas forcément à la hauteur du concept. Le livre met du temps avant de se mettre en branle. De plus, si Poirot et Queen sont plutôt bien campés, Maigret est raté et ma méconnaissance de Akechi m'empêche de jauger ce qu'il en est pour lui.

Toutefois, une fois l'enquête sur les rails, on s'amuse comme des petits fous à voir chacun des policiers tomber son analyse en fonction de sa personnalité et, disons le, la résolution du mystère s'avère remarquable.