16 février 2009

Désir...

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Mon âme crie vers toi car elle a faim de ton corps ; mes dents sur ta chair, mes doigts sur ta peau, mon désir jamais mort.   Dans cette pièce aux rideaux pourpres ta robe fait comme une pièce d'artillerie excitant mon appétit pour tes appâts ne me laissant aucun répit par devers moi.   Je suis comme ceux perdus dans le désert implorant pour leur estomac ta manne ; je suis comme une souffrance... [Lire la suite]
Posté par Menon à 07:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 février 2009

Sommeil...

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> ... [Lire la suite]
Posté par Menon à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2009

Pour Edith Stein, déportée, martyr et Sainte.

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Dans le camp, la mort. Dans ton camp, mon bonheur.   Celui des Saints, des rebels à Caïn ; Celui des Passions pour qui ne vit que le Nom.   Cette croix, portée autour de ton cou rappelle à tous la race dont tu es extraite ; rêver de s'élancer dans le vide de la défaite ? La mort a perdu, elle aura le dessous.   Edith, amie, philosophe, juive, catholique, déportée, morte mais Sainte. Morte, mais... [Lire la suite]
Posté par Menon à 06:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2009

Poème pour la plus belle femme que je connaisse

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->De tes cheveux qui se détachent, l'odeur capiteuse s'arrache ; peine de vie, souffrance des sens, que ma passion pour toi soit sans offenses.   Cadavres : destinées pour nous tous. En attendant, le plaisir sera comme un monument, une idole que nous trouvons si douce ; Et pourtant ne sommes nous pas indécents ?   Ma vie, coeur de pierre, je m'esbaudis ; Pitié ! Que le coeur soit fait pour prier et plus jamais... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 janvier 2009

Mon âme pleure

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> Puisque mon âme pleure des... [Lire la suite]
Posté par Menon à 06:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 janvier 2009

Pour une femme

&amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;gt; En bas de la rivière sur le cœur de son souffle repose une rose qui ne fane pas une rose aux épines tendres comme toi.   J'écoute s'écouler cette eau et je n'entends que cela : le chant de la fleur qui pèse sur le sang, faisant remuer l'écume de l'esprit en un bouquet aux pétales dispersés.   Mon âme appelle ton âme pour une union ; je suis prêt à me dévêtir de ma peau pour, dans cette eau glacée et... [Lire la suite]
Posté par Menon à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2009

Comme j'ai mal...

&lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&gt; Comme j'ai mal sans toi...   comme j'ai mal sans toi...   Je suis perclus de douleurs qui ne se laissent pas voir   je ressens des vertiges qui ne demandent qu'à croître.   Mon coeur exulte d'une tristesse contre laquelle nulle robustesse ne peut venir à bout.   Mon Christ de pierre je le porte en moi. Je suis une souffrance qui n'en finit pas.  
Posté par Menon à 18:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 janvier 2009

Ecrits tristes

&amp;lt;!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;gt; Que la mer fasse pour moi comme un tombeau mouvant que mon coeur soit à toi et à jamais perdu dans les flots.   Ma bouche prononce des paroles oubliées comme des marins morts tombés avec leurs bateaux fracassés sur des récifs mal aimés.   La furie me prend au coeur quand mon ange s'élève loin de moi sur mon sang versé je ne suis qu'un oubli, une chute de silence un mur de pierre, une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 octobre 2008

J'ai mal...

Le temps s'écoule si lentement comme une marée s'effaçant dans le sable ne laissant derrière elle plus de traces, tout juste un souvenir, même pas, plutôt comme une impression confuse. Rescapé j'essaie de t'oublier mais... le temps que je m'y fasse, la marée me ramène en arrière galet déplacé comme un tombeau puis jeté au loin.   Je suis un chien, un hurleur dans le noir c'est fou ce que ça hurle à l'intérieur de moi mais personne ne répond, rien n'a de sens, puisque tu n'es plus là pour... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mars 2008

Vaches de Frédéric Boyer

Méditations poétiques sur les ruminantes ou bien projection sur les vaches de pensées mélancoliques dédiées aux Hommes ? Difficile de trancher et déterminer ce que Frédéric Boyer a vraiment voulu écrire ou dire. Court recueil qui se lit en une petite demi heure, Vaches propose quelques courts paragraphes consacrés à nos amies qui font « meuh ». Elles charrient un certain regret : celui du lien social des roussettes et pâquerettes qui n’ont ni colère, ni ressentiment, ni envie en elles… de ces animaux au calme... [Lire la suite]
Posté par Menon à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]