29 octobre 2015

Lettres sur le mal de Spinoza

Ce recueil de la correspondance de Baruch de Spinoza traite non pas du problème du mal en tant que tel, mais dans le cadre de son système philosophique. Ceci a son importance puisque, pour Spinoza, le mal n’existe pas. Dès lors, dès qu’il parle du mal, il se révèle difficile à suivre. Tous, nous sommes, pour Spinoza, déterminés par Dieu. C’est lui qui nous fait agir. Ainsi, celui qui commet le « mal » ne le commet que dans une perspective toute humaine. Dans les faits, il ne fait que suivre sa pente naturelle. Et il n’est... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2015

Martin Heidegger de George Steiner

On ne peut qu’être impressionné par la profondeur et la qualité de cet essai consacré à un des philosophes les plus difficiles à lire – Martin Heidegger. George Steiner, pourtant, ne bénéficiait, à l’époque de la rédaction de l’ouvrage (1978) qu’une infime partie des écrits du penseur de la forêt noire. Et néanmoins, avec pédagogie, il nous introduit au cœur de la réflexion d’Heidegger, de la question de l’Etre et de l’étant et du dasein. Ce n’est certes pas évident à lire et à comprendre, mais pour tous ceux qui veulent persévérer... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2015

Beckett, l’increvable désir d’Alain Badiou

Voici « une lecture de l'œuvre de Beckett, qui montre la densité et les failles de l'être humain » nous affirme l’éditeur. Vraiment ? En fait, Alain Badiou prend l’exact contre-pied de tous ceux qui voient en Beckett un auteur de l’absurde, du désenchainement de l’humain et du solipsisme ontologique. A contrario, affirme notre maoïste normalien, Beckett serait un auteur du Beau, du Sensible et du Vrai de l’Homme. On peut, et c’est mon opinion, franchement douter du bien fondé de l’hypothèse de Badiou. A noter que ce... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2015

Lettres et maximes d’Epicure

Des nombreuses œuvres d’Epicure, il ne nous reste que trois lettres et une poignée de maximes. C’est bien peu, mais suffisant pour se faire une idée de la portée et de la profondeur de sa pensée qui « eut un succès prodigieux, tant par le nombre de ses disciples, que par l'affection et les forts sentiments dont elle fut l'objet : « Le charme de cette doctrine égalait la douceur des sirènes. » Elle gagna Rome et toute l'Italie, avec Lucrèce notamment, qui est considéré comme l'un des rares poètes (sinon le seul) à... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2015

La pureté dangereuse de Bernard-Henri Lévy

Ce stimulant essai de BHL s’interroge sur la fascination des Totalitarismes pour la fondation d’un Homme nouveau. Il estime qu’à l’origine de toute volonté de bâtir un royaume de perfection se cache le refus du Pêché originel et l’idée que l’Homme a égaré en chemin sa pureté. Pureté que le nouveau système (Islam, Communisme, etc.) saura quant à lui retrouver. BHL analyse avec pertinence les conditions d’apparition du totalitarisme et déjà, en 1994, il prophétisait la crise de nos banlieues et le remplacement de l’idéologie... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2015

Dissertation du Pape Pie VI sur le meurtre de D. A. F. de Sade

Extrait de son roman Juliette, cette « dissertation » commence sous les meilleurs auspices. Par l’intermédiaire du Pape, Sade délivre un superbe texte de métaphysique panthéiste de type oriental qui rappelle la Bhagavad-Gita, à savoir que l’Etre essentiel, c’est l’univers et que ce dernier ne détruit ni ne crée rien mais recycle sans fin les être qui l’habitent. Voilà pourquoi, explique le Pape/Sade, tuer n’est pas un crime mais simplement une relance de la machine à produire des êtres. Mieux, même : tuer favorise la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2015

Comprendre Sade de Marie-Paul Farina et Yves Rouvière (illustrations)

Voilà un excellent petit livre de la collection « comprendre » des éditions Max Millo, collection proposant de courtes mais stimulantes biographies dans un format poche complétées d’illustrations d’un niveau souvent décevant. Servi par quelques dessins sans génie mais agréable à l’œil d’Yves Rouvière, Marie-Paul Farina, auteur d’une thèse sur Sade (on n’en saura pas plus), prend le contrepied de ce qu’un Michel Onfray a fait du divin marquis. Suivant la vie du futur auteur de Justine, Farina s’intéresse à la conception de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2015

Zizek, marxisme et psychanalyse de Ronan de Calan et Roaul Moati

Ce n’est pas ce court mais très dense essai qui rendra la pense de Slavoj Zizek plus compréhensible. Mais l’est-elle seulement ? Disciple de deux des penseurs les plus illisibles et jargonneurs qui soient, à savoir Lacan et Hegel, Zizek entend – par-dessus le marché – renouer avec l’idée de Communisme. C’est quand même formidable de voir qu’après le freudo-marxisme, il existe un lacano-marxisme. Bien sûr, tout cela relève d’un vide abyssal puisque si les auteurs de cet ouvrage (Ronan de Calan et Roaul Moati) croient que la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2015

De la guerre en philosophie de BHL

« Tout le monde médit de moi », pourrait affirmer BHL citant Brassens. Quand on ne lit pas le premier intellectuel français, on lui fait des procès ridicule (sa bêtise concernant Jean-Baptiste Botul est sans conséquence). On ferait mieux de se pencher sur De la guerre en philosophie. Mise en forme écrite d’une conférence, ce livre est sans doute le meilleur de Lévy. Retraçant le parcours de la philosophie, BHL livre son auto-portrait de philosophe en s’intéressant aux grandes thématiques de la discipline : dialogues ou pas dialogues... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2015

Jargon de l’authenticité de Theodor W. Adorno

Signer un livre sur le jargon heideggerien lorsque l’on écrit soi-même dans un jargon imbitable, il fallait le faire ! A oublier. Mieux vaut lui préférer L’ontologie politique de Martin Heidegger par Pierre Bourdieu qui démonte avec talent le jargon du penseur de la forêt noir et dans un essai nettement plus ludique et lisible !
Posté par Menon à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]