28 décembre 2020

Conversation avec Jean-Jacques Rousseau de Jean-Claude Carrière

  « Critiquant l'intolérance des religions, professant la confiance en l'homme et la méfiance envers la société, Rousseau établit un rapport nouveau entre l'homme et la parole. Il est résolument moderne, y compris dans son rapport à l'écrit.   A l'entendre, il fut un loup-garou, un énergumène, un vagabond errant dans l'"immense plaine des idées", et pourchassé de-ci, de-là, toute sa vie. Jeté comme par hasard dans le siècle appelé des Lumières, prolétaire, autodidacte, râleur, maladif, marcheur infatigable, vivant... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2020

Le monde comme volonté et comme représentation d’Arthur Schopenhauer

Finalement, Arthur Schopenhauer est le plus indianiste des philosophes occidentaux. Son Monde comme volonté… il l’a écrit les Upanishads dans une main et la Critique de la raison pure de Kant de l’autre. Ainsi, aussi intéressant soit cet ouvrage, on pourra en faire l’économie. Quel intérêt de lire ce fort volume (première édition en 1819 ; seconde en 1844) très dix-neuvièmiste puisque les Upanishads majeures ayant été écrites entre 800 et 500 avant notre ère ; puisqu’il existe mille ouvrages et analyses sur le sujet ;... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2020

Nunc, numéro 20 – Dossier polars & métaphysique

J’ai acheté cette revue indépendante et luxueuse de poésie parce que ce numéro consacre son dossier aux « liens entre la littérature policière et la quête métaphysique. » Certes, le numéro s’avère plaisant, mais rate le coche. D’une part, se lancer dans un tel sujet sans définir ce qu’est la métaphysique dénote un manque de sérieux. (J’insiste toujours là-dessus car, d’une façon générale, on utilise ce mot à tort et à travers, y compris chez les philosophes - c’est dire à quel point le niveau des intellectuels baisse... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2020

L’Ethique de Spinoza

Ecrit à la manière d’une étude géométrique, l’Ethique de Spinoza s’avère aussi lourde que la Critique de la raison pure chez Kant. Comment un individu normalement constitué peut dépasser quelques pages de l’Ethique ? Réponse : en travaillant dur. Spinoza promet à travers son Ethique la béatitude ; la redéfinition de soi-même dans le microcosme, en harmonie avec le macrocosme. Une telle promesse ne vaut-elle pas une vie de labeur ? Le fait est que, malheureusement, la lecture de l’Ethique ne s’impose nullement.... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2020

Introduction à la métaphysique de Martin Heidegger

Soupir... Alors, bien sûr, il y a le style mallarméen de Heidegger et... c’est à peu près tout. En fait, cette Introduction à la métaphysique constitue une gigantesque opération d’enfumage car, une fois de plus, comme tout ce qu’il aura écrit au cours de sa vie, Heidegger ne fait que rappeler que nous avons oublié la question de l’Etre pour nous concentrer uniquement sur l’étant. Ce n’est certes pas faux, mais comme Heidegger n’explique jamais ce qu’il entend par Etre et qu’il affectionne les analyses alambiquées et confuses des... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2020

Le roman policier de Siegfried Kracauer

Le grand, l’immense problème de ce savant ouvrage consacré au roman policier tient en un mot : son style. Style abscons pour un essai d’analyse du roman policier selon une perspective néo-kantienne. L’idée est intéressante, mais le résultat proprement illisible pour qui n’aurait pas une solide culture philosophique et une certaine connaissance de Kant. Pour les autres, ce sera un délice ! Dans un langage stylisé au prisme de la métaphysique, l’étude de Siegfried Kracauer raconte comment, dans un monde privé de Dieu, la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2020

Le noir. Eclats d’une non-couleur d’Alain Badiou

Dans ce petit livre qui me semble assez inutile, Alain Badiou passe en revue les occurrences de la couleur noire à travers la peinture, les chansons, drapeaux, voire même la sexualité ! Certes, le sujet est original et il y a bien à dire sur cette couleur (qui n’en est pas d’ailleurs une). Néanmoins, il ne me semble pas que ce court essai apportera grand-chose de probant au lecteur en quête de sens ; plutôt une accumulation de petits chapitres / tableaux qu’une réelle synthèse philosophique.   Le noir. Eclats d’une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2020

Le journal du séducteur de Søren Kierkegaard

Extrait de l’ouvrage Ou bien... ou bien, le Journal du séducteur se présente comme la transcription d’un véritable Journal appartenant à un séducteur bien décidé à séduire et à se fiancer avec Cordélia, une jeune fille de 17 ans, et ce dans le but de rompre ses fiançailles d’une façon cavalière. Destiné à être lu par Régine Olsen, fiancée de Kierkegaard qu’il souhaitait dégoutter par ce biais, ce Journal constitue donc un document aux ramifications troubles : quelle part de vérité occupe ce Journal dans la vie de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2019

La métaphysique de François Fédier

Disciple et traducteur de Martin Heidegger, François Fédier aura été enseignant au lycée Pasteur où, entre 1982 et 1983, il donna les cours repris ici, à partir de notes d’étudiants. Avec une intelligence et un sens de l’analyse philologique remarquables, François Fédier s’intéresse, entre autres, à Aristote, Platon, Descartes en relisant le texte grec original et en se livrant à une analyse détaillée de chaque mot pour en tirer une lecture toute heidegérienne afin de faire entendre ce que l’on ne sait plus entendre, faute de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2019

L’enquête de Wittgenstein de Roland Jaccard

On ne peut que regretter que cette courte étude biographie consacrée au philosophe Ludwig Wittgenstein ne traite à aucun moment le fond de sa pensée ; pas même les prémisses de sa philosophie. C’est d’autant plus frustrant que cette courte monographie lue en deux heures s’avère passionnante et remarquable par la clarté du style et la passion palpable de Roland Jaccard pour le maître viennois. Une fois L’enquête de Wittgenstein terminé, vous ressentirez sans nul doute l’envie de lire ses œuvres ou de choisir une initiation à sa... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]