13 mars 2015

Psychologie des foules et analyse du Moi de Sigmund Freud

Pour S. Freud, il ne saurait y avoir de psychologie collective. Bien qu’il entame ce texte fameux par une présentation et un éloge du livre Psychologie des foules de Gustave Le Bon, Freud ne peut admettre qu’il existerait, comme le pense son illustre collègue, quelque-chose qui ressemblerait à un esprit grégaire. On retrouve cette opposition marquée de Freud à la question du groupe dans son refus d’adopter l’hypothèse de l’inconscient collectif jungien. Ainsi, comme tout un chacun possède son inconscient et son histoire psychique,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2015

La mort selon Martin Heidegger

"Des centaines de milliers meurent en masse. Meurent-ils ? Ils périssent. Ils sont tués. Meurent-ils ? Ils deviennent les pièces de réserve d'un stock de fabrication de cadavres. Meurent-ils ? Ils sont liquidés discrètement dans des camps d'anéantissement. Et sans cela — des millions périssent aujourd'hui de faim en Chine. Mourir cependant signifie porter à bout la mort dans son essence. Pouvoir mourir signifie avoir la possibilité de cette démarche. Nous le pouvons seulement si notre essence aime l'essence de la mort ( "Wir... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2015

C’était un été

C’était un été Mordoré et de pourpre vêtu Comme un rayon de douceur de ton astre porté Un de ces délicieux été   Longtemps, l’astre brillant sur nos têtes Nous courrions haletants dans l’eau glacée A mi-cuisse.   Longtemps. Trop longtemps. Qu’ai-je perdu en toi que je ne sais retrouver ? L’odeur d’une île perdue et de moi seul connue ? Cet été, je le revivrais si je le pouvais.   Le vent est là. Il chavire des odeurs de rêve. Le vent se raconte à mes oreilles blessées. Je n’entends plus que lui... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2015

Le ravissement de Britney Spears de Jean Rolin

C’est parce qu’elle pourrait bien être la cible d’une tentative d’enlèvement par un groupuscule islamiste que Britney Spears se voit surveillée par un agent secret français envoyé la protéger à Los Angeles… A partir d’un pitch ô combien amusant, Jean Rolin compose un roman qui s’ingénie à une tentative d’épuisement du réel ; en l’occurrence par la cartographie d’une Los Angeles dont il s’ingénie à délimiter avec le maximum de précision la notion de territoire. Pour ce qu’il en est de miss Britney, l’auteur s’en sort très bien.... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2015

Du néant de la vie d’Arthur Schopenhauer

Ce recueil se compose de deux textes : « Sur la doctrine de l’indestructibilité de notre réel par la mort » puis « Affirmation et négation de la volonté de vivre ». C’est à une doctrine ésotérique de type oriental que nous convie « Sur la doctrine de l’indestructibilité de notre réel par la mort » : Schopenhauer est en effet particulièrement attaché à l’idée que notre mort ne signifie pas la cessation de notre existence. Si notre personnalité disparait, reste le noyau irréductible de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2015

Céline seul de Stéphane Zagdanski

L’idée était intéressante ; l’érudition s’avère bien présente ; mais, hélas, Stéphane Zagdanski n’a pas les moyens de ses prétentions. Anti-antisémite, notre essayiste est par ailleurs un passionné de Céline. Or, on le sait, l’auteur du Voyage était un antisémite notoire, auteur de nombreux pamphlets d’une grande violence. Afin de ménager ses deux tendances, Zagdanski doit entamer un difficile numéro d’équilibriste. A partir d’une phrase de Céline soulignant, paradoxe, que l’antisémitisme est une stupidité, Zagdanski se... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2015

Simulacron 3 de Daniel F. Galouye

Douglas Hall, assistant de Hannon Fuller, assiste lors d’une soirée à la disparition de Morton Lynch qui, pourtant, était assis juste devant lui. Cet inexplicable évènement semble être lié à la mort d’Hannon Fuller, « l’inventeur du Simulateur d’environnement total Simulacron 3. » Hall débute une enquête qui va alors le mener aux frontières du réel… Signé en 1964, Simulacron 3 s’inscrit dans le courant de la SF paranoïaque dont Philip K. Dick est le plus digne représentant. Jouant avec ces mêmes frontières du réel... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2015

Chaos brûlant de Stéphane Zagdanski

Alors que DSK vient d’être arrêté à New York, accusé d’avoir violé une femme de chambre dans un luxueux hôtel, les pensionnaires du Manhattan Psychiatric Center de la seconde capitale américaine apprennent l’évènement. Parmi les fous présents, on retrouve des personnalités aussi emblématiques que Satan, alias Luc Ifer, Franz Kafka, Sigmund Freud ou Karl Marx. A travers leur analyse de la crise de folie de DSK, c’est l’histoire de la propagande, du règne infernal du Capitalisme, de l’eugénisme nazie et des techniques psychiatriques... [Lire la suite]
Posté par Menon à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2015

Le révolver de Lacan de Jean-François Rouzières

Lieutenant embarqué en Afghanistan, Gabriel est un militaire qui ne pense pas mais agit. Il a abandonné ses études de médecine et tenté de mettre le plus de distance entre lui et la femme qu’il aime, Mathilde, mariée à un autre. Avec Nadja, sa « collègue », il se meut dans l’intensité de la guerre pour éviter de vivre. Mais un incident tragique le conduit à quitter l’Armée. Revenu à la vie civile, Gabriel devient aphasique et ses relations avec Mathilde sont loin de s’être pacifiées. Il va alors entrer en analyse avec un... [Lire la suite]
Posté par Menon à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2015

Heidegger, l'introduction du nazisme dans la philosophie : Autour des séminaires inédits de 1933-1935 d’Emmanuel Faye

Martin Heidegger, on le sait, s’est clairement compromis en devenant membre du parti nazi de 1933 à 1944. Mais ses thuriféraires avaient beau jeu d’expliquer que si l’implication politique du « plus grand philosophe du XXe siècle » était hélas avérée, sa pensée restait vierge de tout lien avec les idées d’Hitler. Sans compter que ses cours furent même l’occasion pour lui de faire acte de résistance philosophique. Et tout ceci, bien sûr, sans même évoquer ses nombreux étudiants juifs (Levinas, Arendt, etc.) qui lui vouèrent... [Lire la suite]
Posté par Menon à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]