05 novembre 2019

Trésors du Bouddhisme de Frithjof Schuon

Trop souvent, Frithjof Schuon aura signé des ouvrages difficilement lisibles (Esotérisme comme principe et comme voie) ou carrément malhonnêtes (Le soufisme, voile et quintessence). Mais, pour Trésors du Bouddhisme, le ramage est à la hauteur du plumage. Du reste, pour être précis, il ne s’agit pas d’un livre écrit en défense du Bouddhisme, mais d’un recueil constitué de chapitres extraits de ses différents ouvrages. Etrangement, on ne ressent nullement cet aspect composite et, pour tout die, on a l’impression de livre écrit dans un... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2019

Les sources mythiques du Christianisme de Marc Hallet

Assurément, voilà un ouvrage conséquent sur l’histoire du christianisme qui ne laissera personne indifférent. Marc Hallet s’est autoédité. Ce n’est donc pas un professionnel de la profession comme on dit ; mais une chose est sûre, son livre représente une somme. Assurément, son auteur a dû consacrer des mois de travail (des années ?) pour en accoucher. Il a lu la Bible et tous ceux ayant écrits sur l’histoire du Christianisme, cherchant chez les contre-historiens des études savantes sur les origines du Christianisme et... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2019

Substance mort de Philip K. Dick

Fred est un agent du FBI dont la véritable apparence est protégée par un brouilleur d’image. Il travaille comme agent infiltré au sein d’une maison de junkie. Fred y joue le rôle de Bob Arctor, un camé à la substance M, comme Mort, drogue bon marché. Il tente de remonter la piste des fournisseurs de ses camarades de débauche. S’inscrivant, une fois de plus, dans le courant réaliste SF et toujours aussi travaillé par le démon de la paranoïa, Philip K. Dick livre ici un livre hommage à tous ses amis junkies décédé. Il dépeint une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2019

Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez

« Cent ans de solitude relate l'histoire de la famille Buendia sur six générations, dans le village imaginaire de Macondo. Ce village est fondé par plusieurs familles, conduites par José Arcadio Buendia et Ursula Iguarán, un couple de cousins qui se marièrent, pleins d'appréhension et de craintes dues à leur parenté et au mythe existant dans la région, qui disait que leur descendance pourrait naître avec une queue de cochon. Malgré cela, ils eurent trois enfants : José Arcadio, Aureliano et Amaranta (prénoms qui se... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2019

Ebauches de vertige d’Emile Cioran

Extraits d’Ecartèlements, ces pages donnent à lire parmi ce qu’Emile Cioran aura écrit de meilleur. De son désespoir ontologique, Cioran fait jaillir des propos cruels sur la petitesse de l’Homme et sur le fait que tout un chacun devrait songer à la souffrance et à la mort, seule à même de pouvoir trancher les liens qui, justement, tiennent enserré l’Homme à ce poison – insomnie, maladie, folie, etc. Pour autant, Cioran n’a rien d’un philosophe croque-mort. D’une part à cause de la pureté de son style qui le rapproche de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2019

Le Lézard noir de Yukio Mishima

Admirateur du célèbre enquêteur nippon Kogoro Akechi, personnage inventé en 1925 par le maître du roman policier et d’horreur nippon Edogawa Ranpo, Yukio Mishima a décidé de lui rendre hommage dans une pièce de théâtre, Le Lézard noir, adaptée du roman éponyme, bien évidemment signé de la main d’Edogawa Ranpo (édité par ailleurs en France chez Philippe Picquier). Le Lézard noir, la pièce de Mishima, n’est rien d’autre qu’un exercice de style, une distraction littéraire qui voit le grand romancier nippon se faire plaisir et rendre... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2019

Le silence foudroyant – Le Soutra de la Maîtrise du Serpent suivi du Soutra du Diamant de Thich Nhat Hanh

Deux soutras du Bouddha, parmi les plus respectés du Canon, sont ici traduits par Thich Nhat Hanh (du Vietnamien en Anglais puis, hélas !, de l’Anglais vers le Français). Le premier, le Soutra de la Maîtrise du Serpent voit le Bouddha piquer une grosse colère lorsqu’il apprend qu’un de ses disciples respecté ose affirmer que les plaisirs des sens ne constituent pas un empêchement à l’illumination. Il en profite alors pour remettre les idées en place aux moines et prend, pour image, le dharma comme un serpent potentiellement... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2019

La passe sans porte, les énigmes des grands maîtres zen de Wumen Huikai

Alors là, attention, c’est du lourd. Les koans sont, on l’entend répéter un peu partout, des devinettes ou énigmes zens dont le sens, impossible à réaliser, doit justement secouer à ce point celui qui l’entend qu’il lui sera alors impossible de l’expliquer – cette secousse psychologique sera alors propice à son éveil. C’est presque juste, à condition de saisir – et c’est tout l’intérêt de ce recueil – de savoir, qu’en fait, il ne s’agit pas d’énigmes ni de devinettes, mais plus d’histoires. Et quelles histoires ! Ce volume a... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 octobre 2019

Lunar Park de Bret Easton Ellis

Bret Easton Ellis se met ici en scène, racontant comment le succès déraisonnable d’American Psycho l’aura entraîné dans des excès en tout genre et comment une femme, une actrice, aura finalement réussit à la sortir du gouffre. Est-on déjà dans la fiction ou encore dans la réalité ? L’auteur fait vraiment très fort : son prologue s’avère à ce point crédible qu’on est persuadé qu’il raconte son histoire. Et puis, voilà soudainement que le romancier se dépeint au milieu de sa famille recomposée et livre un portrait pathétique... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2019

Auschwitz, l’impossible regard de Fabrice Midal

Et là, on touche le fond… Il faut avoir une sacrée haute opinion de soi pour proposer un livre sur la shoah en affirmant qu’on ne l’a jamais vraiment comprise ; tout en proposant sa lecture, censée être définitive. C’est pourtant ce que propose Fabrice Midal. Ce petit heideggérien ; ce minuscule bouddhiste ; cet avorton philosophique propose – un comble sur un sujet pareil et après une telle prétendue hauteur de vue – un ouvrage consternant de platitude ; sans l’ombre d’une idée ; pathétiquement bas. Lire... [Lire la suite]
Posté par Menon à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]