21 octobre 2015

Cinq méditations sur la mort, autrement dit sur la vie de François Cheng

Qu’est-ce qui permet de fonder la conscience d’être ; le fait de vivre ; d’exister ? Pour François Cheng, une telle réflexion sur l’Etre ne peut faire l’économie de la mort. La mort étant ce qui termine la vie, elle l’ « obsède » et la sous-tend de telle façon que penser sa mort, c’est aussi bien penser sa vie et inversement. Le propos n’est guère novateur mais le principe de la causerie (les chapitres de ce livre sont autant de conférences données par F. Cheng à un cercle d’auditeur) aurait pu nous... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2015

Pensée hébraïque de Marc Halévy

Les idées développées dans cet ouvrage de Marc Halévy surprendront ceux qui n’ont pas ou mal lu la Bible. Ainsi, à l’origine, le Judaïsme n’est non seulement pas un monothéisme, mais au-delà de son polythéisme il se révèle moniste et panenthéiste. Décrivant YHWH comme un dieu barbare et violent, plus proche de Dionysos que d’Apollon, Halévy propose une lecture morale du Judaïsme, religion de la sortie de l’Egypte, c’est-à-dire du monde confortable des Idoles et qui invite à la confrontation au réel sans espoir de gagner quoi que ce... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2015

Saraka Bo de Tobie Nathan

Des couples sont retrouvés assassinés. Parfois torturés et éventrés. Pour venir à bout de ce mystère, il faudra au moins un inspecteur de Police et un ethnopsychiatre brillant pour comprendre l’identité du tueur… Dans ce roman, Tobie Nathan fait très fort : il écrit une histoire sans l’ombre d’un scénario. Il n’a pas non plus de personnages. Du reste, il ne sait pas non plus quoi raconter. Notre romancier décide donc de mêler des histoires, de les faire s’enchevêtrer autour de crimes sanglants et, au final, il espère donner... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2015

Concerto à la mémoire d’un ange d’Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emanuel Schmitt compte pour moi parmi les meilleurs romanciers français, mais aussi parmi ceux dont les œuvres déçoivent trop souvent, à cause de leur tendance à souffrent la surproduction. A force de trop écrire, immanquablement, la qualité s’en ressent. Ainsi, dans le cycle de l’Invisible, était-il bien nécessaire de faire paraître Madame Ming ? Une question qui se pose à la fin de ce recueil, surtout lorsqu’on a déjà lu Odette tout le monde. Si toutes les histoires de ce premier recueil de nouvelles se révélaient... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2015

Martin Heidegger de George Steiner

On ne peut qu’être impressionné par la profondeur et la qualité de cet essai consacré à un des philosophes les plus difficiles à lire – Martin Heidegger. George Steiner, pourtant, ne bénéficiait, à l’époque de la rédaction de l’ouvrage (1978) qu’une infime partie des écrits du penseur de la forêt noire. Et néanmoins, avec pédagogie, il nous introduit au cœur de la réflexion d’Heidegger, de la question de l’Etre et de l’étant et du dasein. Ce n’est certes pas évident à lire et à comprendre, mais pour tous ceux qui veulent persévérer... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2015

Petite vie de Catherine Labouré de René Laurentin

C’est avec un réel talent littéraire que l’abbé René Laurentin nous raconte la vie de Catherine Labouré, la Voyante de la rue du Bac qui fut à l’origine de la médaille miraculeuse. Non seulement l’auteur écrit bien, mais il a le don pour rendre réel les scènes les plus anodines et à nous donner l’impression, fort plaisante, d’être présent aux côtés de Labouré et de la suivre dans sa vie, que ce soit lors d’une rencontre avec la Vierge ou au travail dans son couvent. Humble et charitable, sœur Labouré était une femme sans vague qui... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2015

Sara de Rétif de la Bretonne

A 45 ans, on n’était plus tout jeune au XVIIIème siècle. Mais quand on a été un libertin, on n’oublie pas facilement le chemin de la chair. Dans cette autobiographie, le pauvre Rétif de la Bretonne raconte comment il est tombé amoureux, pendant un an, d’une prénommée Sara, âgée de seulement 19 ans. Une jeune femme pure et aimante. En apparence. Dans les faits, elle se faisait prostituer par sa mère qui la proposait à des messieurs âgés avec lesquels elle jurait de se marier avant de leur préférer rapidement un nouveau pigeon. Le... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

Cosmopolis de Don Delillo

Appréciant David Cronenberg et persuadé que Robert Patinson pouvait se révéler bon acteur, j’ai voulu regarder Cosmopolis, le film. Par deux fois je m’y suis pris, trouvant les 10 premières minutes tellement soporifiques que je ne suis pas allé plus loin. Découvrant que le métragee était tiré d’un roman, je me suis décidé à le lire, croyant que si le long métrage ne me plaisait pas, l’histoire de ce golden boy dont on suit une journée en limousine se révélerait excitant. Bien mal m’en a pris. On assiste, à la lecture de Cosmopolis,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2015

L’état totalitaire selon Carl Schmitt de Jean-Pierre Faye

Où comment écrire un essai à partir d'une seule idée. Jean-Pierre Faye prétend analyser la conférence méconnue de Carl Schmitt : « Économie saine dans un État fort », tenue le 23 novembre 1932 devant les membres de « L'Union au Long Nom » (ou « Union pour la conservation des intérêts économiques communs en Rhénanie et Westphalie »). Cette prise de parole aura un effet décisif : trente-cinq représentants de la finance et de l'industrie allemandes, auditeurs de la conférence, adresseront une pétition à Hindenburg, président du Reich.... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2015

Les anges chez saint Thomas d’Aquin de Jean-Marie Vernier

J'ai ainsi terminé Les anges chez saint Thomas d’Aquin de Jean-Marie Vernier : le résultat est pathétique ; à partir d'Aristote, Thomas donne à lire le mode de fonctionnement d'un ange - comment il a été créé, comment il pense et agit. Une telle prétention suffit à déconsidérer le travail même de celui que l'on appelle le docteur angélique. Il est totalement inepte de vouloir connaître l'essence d'un ange et on voit mal en quoi Aristote qui ne connaissait rien au sujet peut lui être utile. Quand on songe à ce que la réflexion sur... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]