06 septembre 2020

Le train de Georges Simenon

Bien qu'affligé d'une malformation à l’œil, Marcel Féron, commerçant aisé et mari heureux, vit une existence sans problèmes jusqu'au jour – c'est le 10 mai 1940 – où l'invasion allemande le précipite, avec sa femme et sa fillette de quatre ans, dans un train qui doit les évacuer hors de la zone des combats. C'est l'événement qu'il attendait confusément : un possible nouveau s'ouvre devant lui, sans qu'il en soit vraiment surpris.Une jeune femme en robe noire, sans bagages, montée dans le wagon à la dernière minute (elle venait de la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2020

Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie

L'intrigue se déroule à King's Abbott, petite bourgade de la campagne anglaise. Le docteur James Sheppard, le narrateur, n'a pu sauver Mme Ferrars, qui vient de se suicider. Il est invité par Roger Ackroyd, grand industriel, ami très proche du docteur et amoureux de Mme Ferrars. La veille, celle-ci lui a confié avoir empoisonné son mari, un an auparavant, et être victime d'un maître-chanteur dont elle n'a pu lui donner le nom de vive voix. Ackroyd révèle tout ceci au docteur après le dîner, quand Parker, le maître d'hôtel, apporte... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2020

Jack l’Eventreur de Robert Desnos

Ce petit livre reprend les articles de presse dans Paris Matinal entre janvier et février 1928. Robert Desnos, poète surréaliste, y décrit les crimes de Jack l’Eventreur et raconte comment un mystérieux individu lui a fait connaître sa véritable identité. Si cette dernière partie relève bien évidemment du canular ; la première, quant à elle, se lit avec grand plaisir, tant le style tout en nuance de Desnos rapporte avec talent le récit des terribles meurtres. Dommage ! toutefois, puisqu’édité jusque-là chez Allia dans une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2020

L’hystérie ou l’enfant magnifique de la psychanalyse de Juan David Nasio

Il est bien difficile de comprendre ce que l’on entend par hystérie. Communément, on accole l’épithète aux femmes lorsqu’elles se mettent à crier et à perdre le contrôle de leurs nerfs. Dans les faits, l’acceptation psychiatrique du terme n’a rien à voir avec le sens conféré par l’usage populaire. L’hystérie, qui est d’ailleurs aussi bien féminine que masculine, consiste en une rigidité d’une partie du corps sans qu’une cause physiologique puisse être constatée ; s’y ajoute toute autre réaction physiologique déconcertante... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2020

A Milena de Franz Kafka

Les éditions Nous nous font savoir que Milena Jesenská (1896-1944) est traductrice, journaliste. Elle a 24 ans lorsqu’elle devient la voix tchèque de Kafka. Aucune des lettres qu’elle lui a écrites ne nous est hélas parvenue, soit qu’elles aient été brûlées par leur destinataire, soit qu’elles aient disparu lors de l’entrée des troupes allemandes à Prague en 1939. Résistante, sa vie aventureuse et tragique se terminera dans le camp de concentration de Ravensbrück. Kafka lui écrira 149 lettres. Des lettres qui laissent... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2020

Les livres de Jakob d’Olga Tokarczuk

« Hérétique, schismatique, Juif converti à l’islam puis au christianisme, libertin, hors-la-loi, magicien, tour à tour misérable et richissime, Jakób Frank a traversé l’Europe des Lumières comme la mèche allumée d’un baril de poudre. De là à se prendre pour le Messie, il n’y avait qu’un pas – et il le franchit allègrement. Le dessein de cet homme était pourtant très simple : il voulait que ceux de son peuple puissent, eux aussi, connaître la sécurité et le respect de tous. La vie de ce personnage historique est tellement... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2020

La révolution aux portes – Sur Lénine de Slavoj Zizek

Il y a quelque-chose d’émouvant à lire les textes de Lénine de 1917 au moment même où débute la révolution – une révolution prolétarienne vite récupérée par des socialistes libéraux bien d’accord pour s’allier à la bonne bourgeoisie. Contre eux, et depuis Zurich (où il est exilé) ; puis, au cœur de l’action, en Russie, voilà que Lénine tonne : la révolution bolchévique est possible, ici et maintenant. Contre son propre partie, contre tout le monde, seul et totalement sûr de lui, il se bat pour que le Parti décide de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2020

La pensée est votre ennemie de U. G.

Le titre résume bien la portée de ce livre. D’une manière plus claire, U.G. démontre l’absurdité de l’Eveil : puisqu’il s’agit, via les ascèses religieuses, de vaincre l’esprit, comment espérer y arriver en se servant… de son esprit ? L’esprit devrait court-circuiter l’esprit : absurde ! Même le silence entre deux individus, un maître et son disciple : si nous lui donnons un sens, une valeur, nous le faisons via notre esprit et nous prétendons que ce silence est plus puissant que l’échange qui se résout via... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2020

Le nuage d’inconnaissance

Flou (la faute du nuage ?) et inconsistant (comme l’inconnaissance), ce classique de la spiritualité chrétienne anglaise de la fin du XIVème siècle constitue une brumeuse accumulation de propos tout faits qui consistent à établir, par une méthode (sic), un contact permanent avec Dieu. Cette simple formulation devrait faire s’hérisser les cheveux de tout lecteur normalement constitué. Quant à ceux pour lesquels les conseils donnés par l’anonyme auteur du Nuage fonctionnent, qu’ils se rassurent : ils n’auront trouvé que ce... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2020

Les patriarches du zen d’Evelyn de Smedt et Catherine Mollet

Une anthologie du zen ? Pourquoi pas ! Découpée en grands chapitres thématiques, elle donne à lire les écrits les plus fameux des patriarches et cette articulation permet, a priori, de ne pas se perdre, de bien suivre un même cheminement de pensée, d’autant que les patriarches parlent d’une seule et même voix. Dans les faits, c’est assez soporifique car extrêmement répétitif et, malgré les quelques infra écrits en gras, par les responsables de l’anthologie, qui éclairent les propos tenus, on ne conseillera pas cette... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]