23 septembre 2020

Le chuchoteur de Donato Carrisi

Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche. Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavilla et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les oriente vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Milla Vasquez, experte en affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2020

Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgard Allan Poe

Double Assassinat dans la rue Morgue met en scène le détective Dupin et l'un de ses amis, qui joue le rôle de narrateur. L’histoire se déroule à Paris, au XIXe siècle. Cependant, la plupart des lieux cités dans la nouvelle, dont la rue Morgue, n'existent pas.Dupin et le narrateur apprennent alors qu'un meurtre déroute les policiers français : on a retrouvé les cadavres de deux femmes de la famille Lespanaye, une mère et sa fille, qui vivaient comme des vieilles filles dans un immeuble de la rue Morgue. Le corps de la fille,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2020

La sorcière de Portobello de Paulo Coelho

De ce roman de Paulo Coelho, je n’ai conservé presque aucun souvenir alors que je rédige cette chronique un mois après sa lecture. L’histoire met en scène Athéna, une jeune femme adoptée et perturbée ; en quête de sa véritable identité et aussi possesseur de certains pouvoirs mystérieux qui viendraient soit de Dieu soit d’esprits. Quand P. Coelho passe à côté d’un de ses livres, il ne fait pas semblant. Chez lui, le très bon (Comme le fleuve qui coule, L’Alchimiste...) côtoie le moyen (Adultère) ou encore le raté (Walkyries).... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2020

Les grands détectives n’ont pas froid aux yeux de Kyôtarô Nishimura

Que diable Maigret, Ellery Queen et Hercule Poirot sont-ils allés faire à Tôkyô ?En les invitant, Monsieur Sato a son idée : se faire voler deux millions de dollars, sous les yeux. Quel plaisir d’offrir à ses détectives favoris le luxe d’une enquête sur le vif… Bien entendu, un vieux détective japonais est de la partie : Akechi, le héros de Edogawa Ranpo. (Résumé éditeur.)   Délectable roman policier que ces Grands détectives ! Idée géniale : faire cohabiter, au sein de la même enquête, Maigret,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2020

Le roman policier de Siegfried Kracauer

Le grand, l’immense problème de ce savant ouvrage consacré au roman policier tient en un mot : son style. Style abscons pour un essai d’analyse du roman policier selon une perspective néo-kantienne. L’idée est intéressante, mais le résultat proprement illisible pour qui n’aurait pas une solide culture philosophique et une certaine connaissance de Kant. Pour les autres, ce sera un délice ! Dans un langage stylisé au prisme de la métaphysique, l’étude de Siegfried Kracauer raconte comment, dans un monde privé de Dieu, la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2020

La lettre volée d’Edgard Allan Poe

Dans cette nouvelle, le détective Auguste Dupin est informé par G..., le préfet de police de Paris, qu'une lettre de la plus haute importance a été volée dans le boudoir royal. Le moment précis du vol et le voleur, D..., sont connus du policier, mais celui-ci est dans l'incapacité d'accabler le coupable. Malgré des fouilles extrêmement minutieuses effectuées au domicile du voleur, G... n'a en effet pas pu retrouver la lettre. Mettre la main sur cette dernière est pourtant d'une grande importance, car son possesseur se retrouve en... [Lire la suite]
Posté par Menon à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2020

Un tueur sur la route de James Ellroy

Le récit relate l'histoire de Martin Michael Plunkett, un meurtrier sexuel sévissant aux États-Unis. Il évoque cet enfant prodige, dont le père est un malfrat et la mère, une alcoolique, qui souffre en outre d'une addiction à la drogue. Après le divorce de ses parents, Plunkett développe d'inquiétants fantasmes par lesquels il assemble des parties de corps de ses camarades de classe. Ces fantasmes le poussent au voyeurisme et, de l'âge de 7 à 11 ans, il espionne ses voisins et des inconnus pendant leurs ébats sexuels. (Résumé... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2020

Conversations avec Paulo Coelho de Juan Arias

Ce livre n’est pas un roman de Paulo Coelho, mais un ouvrage d’entretiens menés par l’écrivain espagnol Juan Arias et paru en 1999. Les accros à Coelho ne manqueront pas de faire leur miel de cet ouvrage (d’ailleurs épuisé) qui leur permettra d’en savoir plus sur le parcours de leur auteur préféré, sa philosophie, ses drames et ses espoirs. Bien que ces Conversations ne soient pas inintéressantes, il est amusant de noter que ce sont les discussions à bâtons rompues entre Coelho et plusieurs de ses lectrices, proposées en fin de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2020

Lacan, envers et contre tout d’Elisabeth Roudinesco

Petit ouvrage synthétique qui, finalement, résume sa monumentale biographie du maître, Lacan, envers et contre tout permet de se faire une opinion sur Jacques Lacan ; non pas tant son système que son épistémologie ou ses excentricités mais le tout remis en perspective – il ne s’agit pas de tomber dans l’anecdotique, mais d’avoir une vision du style du personnage. Rappelons, pour la petite histoire, que les lacaniens pur jus détestent Elisabeth Roudinesco qu’ils accusent d’avoir donné une vision négative du maître. Un point de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2020

Le journal d’Edith de Patricia Highsmith

Durant plus de vingt ans, Edith, femme américaine "moyenne", tient son journal. À vingt-cinq ans, mariée, mère d'un garçon sans grande personnalité, elle essaie de ne pas s'ennuyer. À près de cinquante ans, elle ne voit plus dans son existence qu'un lent naufrage dans la médiocrité absolue. Et ce journal, auquel elle confie rêves et fantasmes à la fois émouvants et dérisoires, est devenu le miroir de deux existences, l'une réelle, l'autre imaginée, inconciliables - jusqu'à ce que l'absurde vienne les dénouer. (Résumé éditeur.) ... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]