04 novembre 2020

Maigret les vieillards de Georges Simenon

« Le comte Armand de Saint-Hilaire vit avec sa gouvernante, Jaquette Larrieu, dans sa paisible maison natale de la rue Saint-Dominique. Depuis cinquante ans, un amour platonique, presque mystique, le lie à Isabelle, fille du duc de S..., devenue par un mariage de raison princesse de V... Le mari octogénaire de celle-ci vient de mourir, de sorte qu'elle va pouvoir enfin épouser celui qui, cinquante ans plus tôt, a renoncé à elle faute d'argent, mais avec lequel elle a échangé quotidiennement, depuis sa jeunesse, une volumineuse... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2020

Yoga d’Emmanuel Carrère

LE livre de l’année 2020, assurément, tant le battage médiatique autour de Yoga fit d’Emmanuel Carrère, outre le sauveur économique des librairies, l’incarnation d’un certain esprit français lorsque ses écrivains deviennent un phénomène sociétal. Chacune des parties de Yoga ne se valent pas. La dernière, sur l’île grecque avec les réfugiés, n’atteint pas la tension de la première consacrée à la méditation ni le puissant désespoir de la seconde se déroulant à Saint-Anne. N’en reste pas moins qu’une fois en mains, Yoga se dévore... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2020

Adieu, ma jolie de Raymond Chandler

Après un Grand Sommeil (1939) parfois maladroit, Adieu, ma jolie (1940) démontre à quel point Raymond Chandler est brillant. Mélangeant plusieurs histoires (ne pas oublier qu’à l’instar des autres romans mettant en scène le célèbre privé Philip Marlowe, ce tome est écrit à partir de nouvelles déjà écrites. Ainsi, Adieu, ma jolie est fondé sur les nouvelles "The Man Who Liked Dogs" (1936), "Try The Girl" (1937) et "Mandarin's Jade" (1937)) pour un résultat étourdissant d’intelligence et de complexité, Adieu, ma jolie hisse le roman... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2020

L’Ethique de Spinoza

Ecrit à la manière d’une étude géométrique, l’Ethique de Spinoza s’avère aussi lourde que la Critique de la raison pure chez Kant. Comment un individu normalement constitué peut dépasser quelques pages de l’Ethique ? Réponse : en travaillant dur. Spinoza promet à travers son Ethique la béatitude ; la redéfinition de soi-même dans le microcosme, en harmonie avec le macrocosme. Une telle promesse ne vaut-elle pas une vie de labeur ? Le fait est que, malheureusement, la lecture de l’Ethique ne s’impose nullement.... [Lire la suite]
Posté par Menon à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2020

Introduction à la métaphysique de Martin Heidegger

Soupir... Alors, bien sûr, il y a le style mallarméen de Heidegger et... c’est à peu près tout. En fait, cette Introduction à la métaphysique constitue une gigantesque opération d’enfumage car, une fois de plus, comme tout ce qu’il aura écrit au cours de sa vie, Heidegger ne fait que rappeler que nous avons oublié la question de l’Etre pour nous concentrer uniquement sur l’étant. Ce n’est certes pas faux, mais comme Heidegger n’explique jamais ce qu’il entend par Etre et qu’il affectionne les analyses alambiquées et confuses des... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2020

Box-office de Boileau-Narcejac

Acteur naguère adulé pour ses prestations dans des rôles héroïques et romantiques, Sylvain Daurelle a vu son étoile pâlir et ses contrats se raréfier. À trente-six ans, il en est à mendier des engagements. Son épouse Marylène, une comédienne sans vrai talent, joue des bouts de rôle dans des téléfilms, mais il est trop imbu de sa valeur pour s’abaisser à ce point. Lorsqu’enfin il décroche un rôle qu’il estime à sa mesure, il doit vite déchanter devant les tripatouillages des producteur, scénariste et réalisateur, qui dénaturent... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2020

Une étude en rouge de Conan Doyle

« Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : « Rache ! ». Vengeance ! en allemand. Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges du Nevada, en Utah, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2020

La proie et l’ombre d’Edogawa Ranpo

Ranpo Edogawa se met en scène dans le premier récit : une sienne amie est harcelée par un mystérieux individu qui semble tout connaître de son quotidien et de ses habitudes. Dans le second récit, un étudiant assassin laisse un camarade de classe se faire accuser à sa place. Mais le fameux détective Kogoro Akechi veille. Lorsqu’il s’illustre dans le domaine de l’ero-guro (érotique grotesque), Ranpo Edogawa met mal à l’aise. Toutefois, lorsqu’il écrit des romans policiers, le résultat s’avère remarquable. Très bien écrits, tant... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2020

Le dévouement du suspect X de Keigo Higashino

Ishigami, un professeur de mathématiques, est amoureux de sa voisine, Yasuko Hanaoka, une divorcée qui élève seule sa fille. Mais son ex-mari a retrouvé sa trace et la harcèle. Elle le tue en cherchant à protéger sa fille qu'il a attaquée. Ishigami, qui a tout entendu, y voit l'occasion de se rapprocher d'elle et lui propose son aide. Il entreprend alors de maquiller le crime en le considérant comme un problème de mathématiques à résoudre... Un roman noir sur la folle logique de la passion. (Résumé de l’éditeur.) C’est parce que ce... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2020

Jack l’Eventreur, affaire classée de Patricia Cornwell

Patricia Cornwell pense savoir qui est l’Eventreur : ce serait Walter Sickert, un peintre victorien adulé et qui sera respecté par les plus grands intellectuels jusqu’au début des années 1940. Cornwell en est tellement persuadé que faisant fi de toute méthode scientifique, elle va partir de sa conclusion (Sickert est l’Eventreur) et relire toute l’histoire du célèbre tueur en série à l’aune de cette certitude. On en conviendra, côté méthode scientifique, on frôle le zéro absolu. Ce livre est un tel ramassis de bêtises,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]