02 mars 2006

Les Evangiles apocryphes

Ce livre se présente comme un recueil d’Evangiles apocryphes, soit d’Evangiles qui ont été mis de côté par l’Eglise lors de la constitution de son canon officiel. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la plupart des apocryphes sont sans intérêts : fragments de paroles, reprises sous une autre forme de préceptes des autres Evangiles, scènes de la vie du Christ où s’étalent naïveté et magie. Bref, à leur lecture, on comprend que l’Eglise ait voulu s’en débarrasser ! Néanmoins, on fera quelques critiques de formes à ce livre... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2006

"Tout est pur pour celui qui est pur" de Jean-Yves Leloup

Fabuleux ce livre de Jean-Yves Leloup… En environ 150 pages, il donne à repenser définitivement notre regard sur la religion chrétienne et notre lecture des Evangiles. Ce que Leloup affirme ici avec force, c'est que les catholiques se distinguent par une haine de la femme et une vision de la sexualité comme étant avilie. Cette conception paraît totalement absurde à Leloup, quand bien même elle se retrouve chez l'apôtre Pierre. Albin Michel, 12 euros. Pour Leloup, il ne faut plus seulement lire les Evangiles... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2006

Antigone de Sophocle : une analyse lacanienne

Dans Antigone de Sophocle, s’affrontent finalement non pas deux êtres, mais plutôt trois discours. Celui de Créon est hyper policé – comprendre bien adapté à la polis, la cité grecque. On dirait aujourd’hui qu’il s’agit d’un discours de real politic. Avec Jacques Lacan, on n’aurait pas peur de pointer que le discours de Créon, sa prétention à défendre les lois de la cité, à instaurer son respect de la tradition de la loi s’apparente au discours du Maître, à cette fameuses butée du réelle que « dénonçait » Lacan dans le... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2006

Le droit de mentir d'Emmanuel Kant et Benjamin Constant

Le droit de mentir s’ouvre sur deux textes de Emmanuel Kant, dans lesquels ce dernier condamne de manière unilatérale tout recours au mensonge. Son argumentation est simple : si je fais une promesse que je compte ne pas tenir, cette fausse promesse sera-t-elle pour moi source d’avantages ou d’inconvénients ? Et le philosophe allemand d’examiner ce qui se passerait si, à la suite d’une promesse, on revendiquait le droit de ne pas la tenir : il s’en suivrait de fort vilaines choses, assurément. Notre société étant fondé sur un... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 mars 2006

Les mots de Jean-Paul Sartre

Je viens de terminer Les Mots de Sartre : il s'agit d'un livre vraiment fascinant, avec cette psychanalyse dans laquelle l’auteur s’analyse avec une justesse assez confondante… Et puis, malgré ce que prétend Sartre, le Surmoi est bien là : à travers ce grand-père qui lui prophétise sa vie d’écrivain, qui le marque profondément de son empreinte… étrange de voir un homme aussi intelligent que Sartre tomber des analyses aussi excellentes sur lui et se fourvoyer sur un point de détail. Son Surmoi, ce n’est pas son père, mais son... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2006

L'espoir maintenant de Jean-Paul Sartre et Benny Lévy

Introduction à l’œuvre 1980. Sartre vit ses derniers jours, mais ne le sait pas encore. Depuis quelque temps, il a pris auprès de lui un nouveau secrétaire, Pierre Victor et adopté une fille, Arlette. Les deux sont juifs. Sartre demande à Victor de reprendre son véritable nom, Benny Lévy… Sans doute faut-il marquer cet évènement d’une pierre blanche. Car, qui à part Dieu se permet de nommer les gens ? Sartre réveille l’identité juive de Lévy qui, de son côté, redécouvre les textes talmudiques. La boucle est bouclée : Sartre... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2006

Lacan, le retour à Freud Michel Lapeyre et Marie-Jean Sauret

Je suis actuellement en train de lire l'ouvrage suivant : Lacan, le retour à Freud, signé de la main de Michel Lapeyre et de Marie-Jean Sauret. Les auteurs sont pour le moins compétents : la quatrième de couverture nous apprend ainsi qu'ils "sont tous deux psychanalystes à l'Internationale des forums du champ lacanien, enseignants à l'université de Toulouse et chercheurs à l'ERC (Equipe de recherches cliniques)". Visiblement, les qualifications ne suffisent pas à faire les bons ouvrages... Ce... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2005

Réflexions sur la question juive de Jean-Paul Sartre

Lu en une petite après-midi ce Reflexions sur la question juive de Jean-Paul Sartre. Il s’agit d’un essai admirable sur l’antisémitisme et le statut du Juif. L’idée principale de Sartre est que l’antisémitisme crée le Juif. Que ce dernier voudrait être intégré à la nation française mais que cela lui est impossible parce que le regard de l’antisémite le condamne absolument à être Juif. Cet antisémitisme est aussi démonté par Sartre comme la haine de ce qui n’est pas Français, qui remet en cause l’idée de pureté,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2005

Mon Dieu... pourquoi ? de l'Abbé Pierre

Il y a des livres comme cela qui vous touchent immédiatement et vous émeuvent. Je n’ai pas pleuré en lisant ce livre, mais j’aurais pu tant ce qui y est écrit me renvoît à des choses vécues et ressenties à l’Eglise où j’officiais comme enfant de cœur... Ce recueil de pensée, voilà la véritable réponse au livre de Michel Onfray. Le Traité d’Athéologie méritait Mon Dieu... pourquoi ? comme seule et unique réponse censée. L’Abbé Pierre est un homme d’une humilité totale et constante. Dans ce livre, il ne professe pas, et avoue... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2005

Souvenirs de la maison des morts de Fédor Dostoïevski

Récit de prison, Ce Souvenirs de la maison des morts de Fédor Dostoïevski est aussi et surtout un récit d’humanité. L’auteur russe met en scène un noble envoyé pour quelques années dans un bagne de Sibérie. A travers son regard, on suit la vie dans le camp et les amitiés et inimitiés des forçats. De quoi sont faites leurs peurs et joies ? Comment survivent-ils ? Et ce qui fait d’eux des hommes…   Dostoïevski sait bien de quoi il parle puisqu’il l’a connu ce bagne sibérien pour une modeste réunion socialiste… Ne soyons... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]