14 février 2015

Splendeurs et misères des courtisanes de Balzac

Ainsi donc, c’est dans ce roman que Balzac nous raconte la suite du passionnant Les illusions perdues. Hélas, tout ceux qui avaient aimé Lucien et se réjouissaient à l’idée de poursuivre ses aventures en seront pour leurs frais. Car Lucien ne fait strictement plus rien dans ce roman pachydermique qui s’avère aussi impraticable qu’une marche forcée en brousse. Notre jeune héros se retrouve sous la direction de l’abbé Carlos Herrera derrière lequel se cache en réalité Vautrin, apparu dans Le père Goriot. C’est lui le personnage... [Lire la suite]
Posté par Menon à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2015

Qu’appelle-t-on penser ? de Martin Heidegger

« Le présent ouvrage contient, sans qu’on y ait apporté de changement, le texte des deux cours, d’une heure hebdomadaire chacun, qui ont été tenus sous le même titre à l’Université de Fribourg-en-Brisgau le semestre d’hiver 1951-1952 et le semestre d’été 1952 », explique M. Heidegger en tête de son ouvrage. « Le désert croit » - Nietzsche. Cette citation du penseur allemand permet à Heidegger d’évaluer la situation de l’Homme aujourd’hui : nous sommes en danger ; quelque-chose s’est brisé lorsque nous... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2015

Etre

L’éternité se plait Sur le creux de tes reins A s’épanouir.   Langueur d’un soir d’été ; Volets tirés, fenêtre ouverte ; Encre bleu sur notre cahier commun. Livre ouvert : Cantique.   Ecrivant des pensées Secrètes et pudiques ; L’or des fous Se convoite dans un devenir éternel.   Image aimante ; Icône désirable ; Ecrit tendre ; Lune de sable fin.
Posté par Menon à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2015

L’ontologie politique de Martin Heidegger de Pierre Bourdieu

L’ontologie politique de Martin Heidegger de Pierre Bourdieu est ce que l’on peut appeler une belle vacherie. Pierre Bourdieu a décidé, après avoir lu M. Heidegger de l’assassiner. Comment ? En proposant une lecture sociologique de son discours. Partant d’un penseur comme Jünger dont le Travailleur est très proche des thèses d’Heidegger et qui se révèle bien plus parlant que son jargon, Bourdieu note tout simplement que toute la philosophie de M. Heidegger – derrière des termes ô combien vagues et philosophiquement marqués –... [Lire la suite]
Posté par Menon à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2015

Le Christ hébreu de Claude Tresmontant

Il est bon de voir les universitaires, ces orgueilleux enfermés dans leur haute tour, se faire remettre en place par plus savant qu'eux. Contre tous ceux prétendant que les Evangiles ont été rédigés directement en Grec entre la fin du Ier siècle et la fin du seconde, Claude Tresmontant, philosophe des sciences et spécialiste du Grec et de l'Hébreu livre un réquisitoire sans appel, multipliant les exemples démontrant que le Grec des Evangiles est un simple décalque d'un texte hébreu perdu, respectant le même lexique que la... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2015

Houellebecq économiste de Bernard Maris

Houellebec économiste ? Quelle drôle d’idée, me disais-je avant d’ouvrir le livre de feu Bernard Maris. Mais finalement, c’est bien notre auteur qui a raison. Ce dernier entame son livre en tirant à boulet rouge sur les économistes, dont il fait pourtant parti. Pour lui, ce sont des crétins qui contesteront demain ce qu’ils viennent d’affirmer aujourd’hui. Pas faux. Pour lui, Michel Houellebecq a le mérite d’avoir fait comprendre des idées ô combien complexes d’auteurs come Keynes, Malthus ou Marx avec l’élégance propre aux... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2015

Les évènements de Jean Rollin

Minée par la guerre civile, son territoire couvert de bandes armées appartenant à différentes factions, la France n’est plus un pays mais une mosaïque de villes et régions soumises au bon vouloir de francs tireurs. Le narrateur part de Paris pour apporter des médicaments à l’entre d’eux, un de ses amis. Voici le récit de son voyage… Assurément quel drôle de livre que Les évènements ! Il se s’y passe strictement rien. Jean Rollin prend prétexte d’un périple pour littéralement épuiser le réel, ou plutôt le cartographier. Ce qui... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2015

Quel avenir pour le Christianisme ? de Claude Tresmontant

A l’exception d’un article – Tâches de la pensée chrétienne aujourd’hui ; d’une lettre – Sur le problème du mal et de la mort ; et d’un entretien à radio Notre-Dame, cette anthologie propose les avants propos aux différents ouvrages de Claude Tresmontant. Il s’agit de la meilleure introduction possible à la pensée intelligible et passionnante de ce grand métaphysicien français. Toute la force de Tresmontant, c’est de démontrer, preuve à l’appui, que le Christianisme ne repose pas sur une base irrationnelle, mais dépend... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2015

Sur le mensonge (et Le maître) de saint Augustin

Contrairement à ce que laisse croire la couverture de ce Librio, ce sont bien deux textes qui composent ce recueil, Sur le mensonge et Le maître. Aucun appareil critique n’accompagne ces deux opuscules, ce qui est scandaleux. Pour une somme modique, les éditions Mille et une nuits, eux, proposent de tels écrits servis par un commentaire et des notes de haute volée. Mais passons… Sur le mensonge propose une réflexion glaciale sur le sort que le Chrétien doit faire au mensonge. Glaciale parce que pour Augustin, le Christianisme est... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2015

Soumission de Michel Houellebecq

Comment comprendre qu’autant de journalistes aient pu prétendre que le dernier Houellebecq est un livre islamophobe ? Soit ils ne l’ont pas lu (ce qui est grave), soit ils ne l’ont pas compris (ce qui est pire). Car ce livre, loin d’être raciste ou de s’inscrire dans la lignée d’un Eric Zemmour défend exactement le point de vue inverse : ce qui est désirable, c’est l’Islam. La révolution politique que connait la France dans le roman Soumission est la meilleure chose qui pouvait arriver au pays : la France retrouve sa... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]