20 septembre 2010

Artères souterraines de Warren Ellis

Ce premier roman de Warren Ellis donne à retrouver le style méchant et trash du célèbre scénariste anglais de comics : on reconnaît immédiatement son style. L'histoire est délirante, d'un humour cruel dévastateur : le héros est un privé aimant-à-merde : dès qu'il s'intéresse à une affaire, il y a forcément une pratique sexuelle déviante derrière. Pour retrouver la Constitution perdue des USA, il fera la route avec Trix une américaine féministe et sexuellement libérée qui s'avère délicieusement charmante.Mais il y un mais... le bouquin... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2010

Le lys dans la vallée de Balzac

C'est avec un style emprunt d'une préciosité et d'un lyrisme typiquement féminin que Balzac a écrit Le lys dans la vallée. Il faut presque considérer que l'auteur a été le véhicule de quelque chose d'autre. Ce ne semble pas être Balzac celui qui écrivit ce texte. Il se pourrait que ce fût l'âme de la femme.En attendant, on suit l'histoire de Félix, un pauvre garçon mal aimé qui, un soir de bal, s'éprend de madame de Mortsauf, une femme d'une pureté incomparable, tyrannisée par un mari hystérique et folle de ses deux enfants...... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2010

« Je vous écris tous les jours... » de madame de Sévigné

Il y a un mystère autour de madame de Sévigné. Cette femme entretenait avec sa fille une relation épistolaire dont on ne connaît pas d'équivalent à ce jour : une relation fusionnelle évoquant plutôt l'amour passionné que l'amour pour son enfant.C'est dans la collection Folio 2 euros que parait ce recueil des 24 premières lettres que de Sévigné écrivit à sa fille. On ne peut pas dire qu'il soit passionnant mais on ne peut nier la qualité littéraire de ces lettres en faisant un modèle du style littéraire fin et racé du XVIIe siècle.Le... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 septembre 2010

Journal de 1999 – Le théâtre des opérations de Maurice G. Dantec

A une époque où il était encore décent et intelligent, Maurice Dantec publia son premier Journal. C'était en 1999 et l'enfant rebelle de la littérature de genre livrait un extraordinaire pensum dans lequel la multiplicité des sujets et la hauteur de vue lui valurent une farouche haine de la presse bien pensante. Faisant partie des authentiques réactionnaires, anarchiste de droite (appellation qu'il conteste), Dantec s'inscrit, avec Alain Soral et Eric Zemmour, dans la critique du monde comme il va. Brillant, cinglant et... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 août 2010

Céline de Sollers

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Arial Unicode MS"; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1 -369098753 63 0 4129279 0;} @font-face {font-family:"\@Arial Unicode MS"; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1 -369098753 63 0 4129279 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2010

L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman et Dave McKean

De la vie de ce petit garçon recueilli par des morts dans un cimetière, je voudrais paradoxalement plus saluer la beauté des illustrations signées Dave McKean que le travail de romancier de Neil Gaiman. La couverture ne mentionne même pas le nom de McKean et pourtant, ce grand graphiste livre ici des dessins inspirés ; regardez : chaque illustration exprime une vérité du livre avec une grande pureté. Quelque chose comme la réconciliation de l'esprit japonais et de son idéal de simplicité/vérité avec le trait américain des livres... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2010

Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert

Si toutes les entrées de ce dictionnaire ne sont pas forcément réussies (il s'agit d'une oeuvre interrompue par sa mort), n'en reste pas moins que Flaubert fait souvent preuve de beaucoup d'humour. Bien sûr, faute de vivre à son époque, on ne peut pas comprendre en quoi certaines définitions épinglent les travers des gens de son époque mais plus d'une remarque reste d'une parfaite actualité. Comme quoi, on dit toujours autant de bêtises !
Posté par Menon à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2010

Chronique d'une mort annoncée de Gabriel Garcia Marquez

Roman lourd comme un pachyderme, Chronique... se traine et ennuie le lecteur qui se demande pourquoi il lui a pris l'envie de relire ce livre. 125 pages pour raconter pourquoi un homme meurt et tout ça sans qu'il ne se passe rien. Certains écrivains sont géniaux à ce genre de jeux mais ce n'est pas le cas de Marquez dont la plume semble vouloir dire : « Mais regardez comme je sais écrire. » Oui, on voit. Mais aussi, on s'endort.
Posté par Menon à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2010

Les grands détectives n'ont pas froid aux yeux de Kyôtarô Nishimura

Les romanciers japonais écrivent mal. C'est le cas de Kyôtarô Nishimura – la traduction de son roman laisse dubitatif : aucun auteur français ne pourrait se faire éditer avec un style aussi pauvre... heureusement, reste une histoire remarquable : Satô, un homme d'affaire japonais, veut découvrir comment 300 millions ont été volés lors d'un « casse » audacieux. Il décide de trouver un cobaye qui réponde parfaitement au caractéristique du premier voleur et demande à Ellery Queen, Hercul Poirot, Maigret et Kogoro Akechi de venir... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2010

Semmelweis de Céline

Semmelweis n'est pas un roman, mais la thèse de Céline consacrée à ce médecin hongrois qui avait compris pourquoi, dans les maternité, les morts étaient aussi nombreuses : on ne se lavait alors pas les mains, d'où des complications nous paraissant aujourd'hui évidentes. Semmelweis fut détesté pour sa découverte, conspué et alors même qu'il prouva ses dires, sa mesure ne fut jamais appliquée !Céline met en scène ce médecin maudit dans une thèse lyrique et bien plus proche d'une hagiographie, voire d'un roman, que d'un travail... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]