06 septembre 2020

A Milena de Franz Kafka

Les éditions Nous nous font savoir que Milena Jesenská (1896-1944) est traductrice, journaliste. Elle a 24 ans lorsqu’elle devient la voix tchèque de Kafka. Aucune des lettres qu’elle lui a écrites ne nous est hélas parvenue, soit qu’elles aient été brûlées par leur destinataire, soit qu’elles aient disparu lors de l’entrée des troupes allemandes à Prague en 1939. Résistante, sa vie aventureuse et tragique se terminera dans le camp de concentration de Ravensbrück. Kafka lui écrira 149 lettres. Des lettres qui laissent... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2020

Les livres de Jakob d’Olga Tokarczuk

« Hérétique, schismatique, Juif converti à l’islam puis au christianisme, libertin, hors-la-loi, magicien, tour à tour misérable et richissime, Jakób Frank a traversé l’Europe des Lumières comme la mèche allumée d’un baril de poudre. De là à se prendre pour le Messie, il n’y avait qu’un pas – et il le franchit allègrement. Le dessein de cet homme était pourtant très simple : il voulait que ceux de son peuple puissent, eux aussi, connaître la sécurité et le respect de tous. La vie de ce personnage historique est tellement... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2020

L’innommable de Samuel Beckett

Véritable logorrhée encore plus perturbante que celle des deux précédents tomes de sa trilogie infernale, L’innommable met en scène le même personnage que celui de Malone meurt, enterré jusqu’au cou dans une urne et qui devise interminablement sur son désespoir et sa vie. A ce stade, on ne peut plus parler de roman ! Il n’y a aucune histoire ; aucun contenu dans les propos de Malone. Juste un délire verbal ; maladies du désespoir et de la souffrance contre lesquelles il n’y a que la volonté pour faire barrage. Les... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2020

Histoire d’enfant de Peter Handke

Servi par une écriture poétique, Histoire d’enfant se veut le récit d’un homme devenant père et dont la naissance de son enfant va modifier sa vie. Ecrit avec sensibilité, ce court livre, porté par une écriture complexe, invite à la réflexion : avons-nous été changés par la naissance de notre enfant ou par l’arrivée d’un neveu ou d’une nièce ? Quelle place occupe-t-il parmi nous ? Sommes-nous devenus meilleurs à son contact ?   Histoire d’enfant de Peter Handke (Gallimard, 112 pages, 6,50 euros)
Posté par Menon à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2020

Le désir d’amour de Dieter Wellershoff

Paul, Marlène, Léonard et Anya sont les protagonistes de ce roman. A l’origine, Léonard sortait avec Marlène et Paul était leur meilleur ami. Mais Marlène finit par quitter Léonard pour Paul. Dépité, Léo se chercha une femme pour combler son manque et s’éprit d’Anya, personne détachée et introvertie, mais terriblement attirante. Seulement, Anya souffre de troubles psychologiques et la relation avec Léonard ne se déroule pas bien du tout ; la naissance de leur fils ne faisant qu’exacerber leur manque d’attachement. Et puis,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2020

Les fleurs bleues de Raymond Queneau

Le duc d’Auge habite le moyen-âge ; Cidrolin, lui, réside sur une péniche, dans les années 60. Chacun rêve de l’autre, au point où, d’une ligne du roman à l’autre, Cidrolin cède sa place au Duc et inversement. Cidrolin et Auge seraient-ils la même personne ? Et pourquoi le duc d’Auge semble-t-il voyager dans le temps ? N’espérez pas obtenir réponse aux questions que pose ce délicieux roman de Raymond Queneau. Comme on le dit parfois en philosophie : elles comptent plus que les réponses. Ici, Queneau nous invite... [Lire la suite]
Posté par Menon à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2020

Histoire de la science-fiction de James Cameron

Cet ouvrage se révèle remarquable à tous points de vue. Déjà, de par sa riche iconographie mise en valeur par sa mise en page ; ensuite, par la qualité de ses propos. James Cameron y interview des grands noms du cinéma de science-fiction comme Ridley Scott, George Lucas, Christopher Nolan ou Guillermo del Torro ; le tout mâtiné d’articles intéressants sur les voyages temporels, les I.A. ou les robots. Avant tout, ce sont aux fans des réalisateurs interviewés que s’adresse ce livre. Il ne s’agit pas réellement d’une... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2020

Malone meurt de Samuel Beckett

Allongé sur un lit d’hôpital, Malone se meurt. Il repense alors à son passé : des récits de vie se mélangent – est-il plutôt celui-ci ou celui-là ? Et, finalement, cet hôpital est-il un mouroir ou un lieu où l’on prend soin de lui ? Mais qu’importe ! La mort, présente, attend – Malone meurt. Après Molloy où, déjà, les héros chutaient et peinaient à se remettre debout, Malone meurt voit son narrateur allongé et en train de disparaître. Doucement, mais sûrement. La prose de Beckett se révèle, notamment dans les... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2020

Une rose pour Emily de William Faulkner

« Au centre des plus célèbres nouvelles de William Faulkner, trois portraits de femmes denses et profonds : la tragique Miss Emily, cloîtrée dans sa maison comme dans ses souvenirs ; Minnie Cooper, vieille fille tourmentée par l'indifférence des hommes jusqu'au meurtre, et Nancy, la blanchisseuse noire abandonnée par son mari, dont le jeune Quentin raconte les peurs et les superstitions. » Voilà comment Gallimard présente ce recueil de nouvelles extraites de Treize histoires. On loue volontiers le talent de novelliste de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2020

Les lois de l’attraction de Bret Easton Ellis

Ils s’appellent Paul, Sean et Rachel et sont étudiants sur un campus américain durant les années 80. Les cours ? Ils s’en foutent ! Leur passion ? Le sexe, la picole et la drogue. Résultat : ça baise à tout va. Mais ça cherche aussi l’amour et ça se lamente de se sentir vivre comme des zombies. Jeunesse dorée, jeunesse pourrie. Si Les lois de l’attraction ne sont finalement qu’une variation sur le thème de Moins que zéro, le style et la maîtrise narrative de B. E. Ellis se révèlent bien meilleurs – le romancier... [Lire la suite]
Posté par Menon à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]