14 décembre 2014

La sagesse du bibliothécaire de Michel Melot

La sagesse du bibliothécaire consiste à reconnaître que malgré toute sa bonne volonté et ses bonnes intentions, jamais on ne pourra donner naissance à la bibliothèque parfaite, celle qui contient touts les savoir – tout au mieux, il s’agit là d’un fantasme. Il faut donc se montrer humble face au flot de livres qui circule et accepter de ne pas pouvoir tout lire, tout connaître, tout maîtriser ; mais se montrer ouvert à la pluralité des connaissances et point de vue et à vouloir susciter la même chose chez l’usager. C’est aussi... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Le Zahir de Paolo Coelho

Un célèbre écrivain découvre que sa femme l’a quitté. Pendant des années, il tente de retrouver sa trace. Cette période de purgatoire émotionnelle est l’occasion pour lui de faire le point sur sa vie. Tentant de comprendre la décision de son épouse, il en revient à remettre en question la façon dont il l’a aimé et dont il a mené sa propre vie. Autofiction jouissant d’une belle écriture, le Zahir nous renvoie à nos propres failles et fêlures et nous donne aussi l’impression de vivre aux côtés de Coelho en sa quête de l’Amour. Un... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

Aden Arabie de Paul Nizan

Dans cet ouvrage, Paul Nizan raconte son exil en la ville d’Aden. Dans une langue complexe, chantournée et opaque, il raconte la folie des Hommes, la difficulté à être, le pari insensé que représente la vie. Hélas, l’exigence de son style rend la lecture de son essai ô combien difficile. A tel point que l’on a souvent la sensation de ne rien comprendre à ce qu’il raconte. A noter que l’ouvrage débute par une préface de Jean-Paul Sartre qui rend hommage à Nizan après son décès. Elle aussi se relève ardue à lire mais elle est... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2014

Secret absolu de W. Wilkie Collins

En cette nuit du 23 août 1829, Mrs Treverton, dicte à sa dame de chambre une mystérieuse confession qu’elle lui fait promettre de ne jamais détruire. Des années plus tard, alors que le fils du nouveau propriétaire s’apprête à épouser Rosamond Treverton, une étrange domestique fait son apparition. Le passé, insidieusement, revient hanter l’existence des futurs époux que tout promettait au bonheur… Collins joue ici avec une intrigue vraiment mince sur plus de 400 pages. Résultat : on s’ennuie. L’intrigue est téléphonée et on... [Lire la suite]
Posté par Menon à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2014

Ulysse de James Joyce

Véritable logorrhée insupportable, le Ulysse de James Joyce est le délire halluciné d’un écrivain à la limite de la psychose qui a tenté de colmater les brèches de son moi souffrant via une œuvre fleuve qui m’est littéralement tombée des mains.
Posté par Menon à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2014

Molloy de Samuel Beckett

Molloy est une œuvre hallucinée. Deux récit s’y accouplent : tout d’abord celui de Molloy, un handicapé qui, accompagné de ses béquilles et de son vélo tente de retrouver la maison maternelle. Dans un deuxième temps, celui de Morvan, un détective envoyé sur les traces de Molloy et qui s’y rendra en compagnie de son fils. Molloy est un malade. Mental s’entend. Lire son récit, le suivre dans ses pérégrinations laisse un goût étrange et inquiétant : nous voilà confronté à un homme pour lequel la réalité est folie et qui nous... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2014

Lacan et la boite de mouchoirs – Saison 1 de Chris Simon

Les critiques sur Amazon sont unanimes à applaudir cet ouvrage racontant une psychanalyse. A la lecture, on se demande bien pourquoi. Certes, l’auteur a une jolie plume. Certes, on suit son histoire avec plaisir. Mais de psychanalyse, il n’est jamais question. Les quelques échanges qu’entretient la patiente avec son analyste sont d’une platitude telle qu’on se demande si l’auteur a seulement lu une ligne de Freud. C’est simple : il n’y a rien. Du reste, la névrose de son héroïne reste bien mystérieuse puisque la romancière se... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2014

Les travailleurs de la mer de Victor Hugo

Il est devenu difficile de lire aujourd’hui un tel ouvrage si on le prend dans une édition sans appareil critique. En effet, le père Hugo use et abuse du vocabulaire maritime, au point où on reste souvent interdit face à des descriptions auxquelles on ne comprend rien. Mais le cœur de l’histoire, me direz-vous ? On peut le résumer ainsi : après qu’un steamer se soit échoué en mer, un jeune marin – séduit par la fille de l’homme qui l’a fait construire – se rend au lieu du naufrage pour en sauver la machine afin de... [Lire la suite]
Posté par Menon à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2014

Trésor d’amour de Philippe Sollers

Bien que Philippe Sollers prétende ici signer un roman, il n’en est rien. Ce Trésor d’amour et en réalité une petite étude (au clavecin, qu’il affectionne) du rapport de Stendhal à l’amour. On ne lit plus Stendhal s’exclame Sollers dans cet ouvrage. Et de le regretter. Pourtant, à le lire, on constate que l’ancien soldat de Napoléon n’avait pas vraiment le chic pour vivre de grandes et belles histoires d’amour. Par contre, reconnaissons-le, il en parlait très bien et, surtout, il écrivait avec talent la petite musique de l’âme... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2014

Magellan de Stefan Zweig

Zweig livre un essai assez médiocre sur l’histoire de Magellan. Médiocre parce que la vie du grand navigateur n’a, au fond, que peu de relief et que son voyage même nous déçoit pas son absence d’aventure. En effet, il ne suffit pas d’affronter la mer et de traverser des épreuves pour émouvoir et impressionner le lecteur. Encore faut-il que le récit témoigne et enseigne une expérience symbolique. J’entends par là le fait qu’aucun voyage ne peut durablement marquer l’esprit du lecteur si ce dernier ne contient pas une dimension... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]