CVT_7984_aj_m_3508

Après une préface des plus confuses signée par le philosophe Raoul Vaneigem, nous avons le droit à trois textes ; trois manifestes athées du 17ème siècle. L’Art de ne croire en rien est sans doute le plus intéressant bien que quelque peu maladroit. Quant aux deux autres, il s’agit de deux versions différentes du Livre des trois imposteurs (c’est-à-dire Moïse, Jésus et Mahomet).

Ce court ouvrage m’a déçu. Certes, les arguments contre l’existence de Dieu ou bien explicitant pourquoi il n’y a pas de sens à vouloir lui rendre un culte ou penser le connaître m’ont paru intéressants. Hélas ! les « démonstrations » concernant la fausseté des figures prophétiques citées plus haut sont médiocres. On a vraiment l’impression que les auteurs ont survolé la Bible et ne connaissent le Coran que par ouï-dire.

Dans tous les cas, c’est faible, très faible et, au final, c’est plutôt l’intérêt historique de ces textes condamnés par l’Eglise qui rend leur lecture intéressante. Depuis, la critique historique et scientifique a considérablement progressé, rendant certains arguments et analyses obsolètes.

 

L’Art de ne croire en rien suivi de Livre des trois imposteurs (Rivages, 192 pages, 8,15 euros)