30 novembre 2020

Le signe des quatre d’Arthur Conan Doyle

« Ennuyé par le manque d'enquêtes, Sherlock Holmes s'adonne à la consommation de drogues pour s'occuper, ainsi qu'à diverses activités ennuyeuses, sous le regard de son colocataire, le docteur John Watson. En 1888, une jeune cliente blonde, Mary Morstan, débarque chez Holmes, et lui demande de l'aide. Elle lui explique qu'elle est gouvernante, et que c'est sa patronne qui lui a conseillé de venir ici. Watson tombe sous le charme de la jeune femme qui expose son problème : son père, navigateur dans les Indes, est décédé environ... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2020

Le jour où j’ai échangé mon père contre deux poissons de Neil Gaiman & Dave McKean

Une histoire certes sympathique de Neil Gaiman mais vraiment destinée aux tout petits. Au graphisme, le d’habitude plutôt sombre et torturé Dave MacKean s’en sort très bien. Certes joli, mais vu le temps de lecture (5 minutes) à réserver pour ses chérubins.   Le jour où j’ai échangé mon père contre deux poissons de Neil Gaiman & Dave McKean (Delcourt, 56 pages, épuisé)
Posté par Menon à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2020

Erasme – grandeur et décadence d’une idée de Stefan Zweig

Stefan Zweig écrit bien mais c’est aussi son défaut lorsqu’il signe une biographie. Car plutôt que de structurer son ouvrage d’une façon disons universitaire pour dégager de axes thématico-chronologiques, Zweig se pose plutôt en essayiste et il juge plus Erasme comme écrivain et intellectuel qu’il ne le restitue au lecteur. C’est donc à un ouvrage qu’on se réfèrera plus pour son style, donc, qu’à son contenu ; il donne trop de place au jugement négatif de Zweig sur Erasme comme intellectuel maladroit et inquiet plutôt qu’à ses... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2020

L’éternel mari de Fiodor Dostoïevski

« Veltchaninov, tout occupé à une affaire juridique, repère pourtant un homme étrange, « un monsieur qui portait un crêpe à son chapeau », et qu'il ne cesse de croiser. Jusqu'à ce que l'homme vienne frapper à sa porte, en pleine nuit, et que Veltchaninov reconnaisse celui qui, neuf ans auparavant, était le mari de sa maîtresse. La femme est morte, mais le mari ne peut se défaire de la fascination qu'il éprouve pour l'ex-amant. Au point de lui amener « sa » fille (celle de l'autre en réalité), qu'il laisse... [Lire la suite]
Posté par Menon à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]