71qom7r3KFL

Après un Grand Sommeil (1939) parfois maladroit, Adieu, ma jolie (1940) démontre à quel point Raymond Chandler est brillant. Mélangeant plusieurs histoires (ne pas oublier qu’à l’instar des autres romans mettant en scène le célèbre privé Philip Marlowe, ce tome est écrit à partir de nouvelles déjà écrites. Ainsi, Adieu, ma jolie est fondé sur les nouvelles "The Man Who Liked Dogs" (1936), "Try The Girl" (1937) et "Mandarin's Jade" (1937)) pour un résultat étourdissant d’intelligence et de complexité, Adieu, ma jolie hisse le roman noir très haut, ce qui explique aisément pourquoi un romancier américain de premier plan comme William Faulkner estimait grandement Raymond Chandler.

Adieu, ma jolie de Raymond Chandler (Gallimard, 304 pages, 8,50 euros)