41A6Go0LCnL

Résident en Inde, le psychiatre et bouddhiste Jacques Vigne a suivi les cours de la none anglaise Tenzin Palmo commentant L’entraînement de l’esprit au quotidien de Chewaka, Les 21 versets des qualités suprêmes d’Attisha et Les 37 pratiques d’un bodhisattva de Thomé Sangpo, autant de textes ancestraux tibétains. Il en propose des notes de cours présenté sous une forme suffisamment bien écrite pour que le lecteur occidental puisse suivre le cheminement de la pensée de la célèbre none.

Tenzin Plamo a vécu une vie extraordinaire. Devenue none bouddhiste depuis plus d’un demi-siècle, elle a tout de même vécu onze ans comme ermite dans une grotte des Himalayas ! Il s’agit assurément d’une enseignante de la meilleure eau qui, à travers un long dialogue avec elle-même dans la solitude, le froid et l’humidité de sa grotte, a atteint un certain niveau de réalisation spirituel.

Aussi intéressants soient les cours de Tenzin Palmo, on ne pourra que regretter le titre de l’ouvrage qui ne nous semble pas du tout refléter son contenu. Certes, Tenzin Palmo traite de la méditation, mais, avant tout de l’éthique de vie bouddhiste. Elle insiste énormément sur l’importance donnée à l’égo ; un égo qu’il faut mater et mettre de côté à tout prix. Ainsi, nous devons vivre chaque instant de notre existence comme s’il s’agissait d’une scène de théâtre et que nous jouions un rôle d’acteur. Toujours nous devons revenir à cette certitude sans laquelle nous nous prenons pour celui qui parle lorsque nous disons « Je ». Or, dans le bouddhisme, il n’y a rien de tel que « Je ». Le sujet est vide, tout aussi vide que la table que nous croyons solide mais pourtant constituée d’atomes et d’électrons en mouvement constant (d’où la différence entre la vision de la table au niveau physique qui correspond à l’égo et au niveau de la physique quantique qui correspond au Soi).

Les textes que commente Tenzin Palmo ne sont pas des plus simples puisque généralement constitués d’aphorismes abscons si l’on n’en possède pas la clé. Bonne pédagogue, la nonne en donne une lecture accessible et émaillée d’exemples faciles à saisir.

Mais, une fois de plus, de la méditation il est fort peu question. Et, par ailleurs, Tenzin Palmo insiste fortement sur l’importance pour un pratiquant de la voie de se trouver un maître. Sans enseignant, comment apprendre, rectifier une mauvaise opinion, progresser, etc. ?

Comprenez donc bien qu’un tel ouvrage vous permettra avant tout de corriger des opinions erronées et de pouvoir vous donner des lignes de conduite importantes à respecter. Mais le chemin, ardu, ne manquera pas de vous blesser les pieds. Tant mieux ! comme ne manque pas de s’exclamer Tenzin Palmo : douleurs et obstacles sont autant de moyens d’apprendre et de progresser – les obstacles doivent devenir des alliés pour notre édification.
Un bémol, toutefois : l’absence d’un glossaire qui rend la lecture du livre parfois bien ardue !

 

Commentaires sur la méditation – Jacques Vigne rencontre Tenzin Palmo (Le Relié, 295 pages, 18 euros)