30 juin 2019

Le livre de la pauvreté et de la mort de Rainer Maria Rilke

C’est un Arthur Adamov (écrivain, traducteur et auteur dramatique français d'origine russo-arménienne) particulièrement inspiré qui s’est attelé à la traduction et adaptation (il le reconnaît lui-même, il lui a fallu parfois trahir le texte original pour en restituer le sens) du Livre de la pauvreté et de la mort de Rainer Marie Rilke. Après une introduction pleine d’humilité dans laquelle Adamov exprime son souhait de faire entendre le plus justement possible la poésie de Rilke, on entre directement dans le texte de l’auteurs des... [Lire la suite]
Posté par Menon à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2019

Le voyage à Ixtlan. Les leçons de Don Juan de Carlos Castaneda

Le voyage à Ixtlan n’est pas la suite de La petite fumée ou de Voir, mais se déroule durant ces deux ouvrages. Il comporte une série de notes qui font sens et qui justifient, pour Castaneda, de les avoir réunies sous un seul et même ouvrage.  Le point central de ce Voyage consiste à stopper-le-monde. Un concept difficile à saisir, tout comme ceux exposés dans le reste de l’ouvrage. Castaneda ne fait jamais spécialement d’effort pour expliquer l’enseignement de don Juan. Il raconte ses expériences, explique ses motivations et... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2019

Paroles immortelles (Vachanamrut) de Siddharameshwar Maharaj

Si le nom de Siddharameshwar Maharaj (1888-1936) ne vous est pas familier, vous connaissez très certainement celui de son disciple, Shri Nisargadatta Maharaj dont le Je suis est un classique de l’advaita-vedanta. Après avoir traduit de ses ouvrages (La Clef de la réalisation de roi et Embrasser l’immortalité (Amrut Laya) : méthode pour se libérer du faux), Les Deux Océans nous proposent un recueil de discours du grand maître à l’intention de ses disciples. Maharaj fait partie de l’école de la voie de l’oiseau (Vihangam Marg)... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 juin 2019

Le courage d’Osho

Maître spirituel controversé (on consultera avec intérêt la fiche Wikipédia d’Osho pour en savoir plus sur les débordements dont il fut directement, ou indirectement, à l’origine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Osho#Controverses), Osho n’en fut pas moins un éveillé et un éveillé contestataire à l’instar d’un U.G. ou d’un Krishnamurti. Refusant les dogmes et les Eglises, il prônait un éveil spirituel sans Dieu ou alors avec un Dieu assimilé à une pure présence, à un Etre dans une perspective plus spiritualiste et non pas... [Lire la suite]
Posté par Menon à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2019

Onze minutes de Paulo Coelho

Maria, une jeune brésilienne naïve et pleine de rêves, va échouer en Suisse, persuadée de devenir une grande danseuse. Rapidement, elle va basculer dans la prostitution, mais sans que son métier ne touche jamais son âme ; pressée d’accumuler un pécule suffisamment important pour retourner au Brésil et ouvrir une exploitation agricole, elle refuse de laisser l’amour entrer dans sa vie. Ce sera sans compter la rencontre avec deux hommes très différents, un peintre, Ralph, qui veut se reconnecter à l’amour et un homme puissant... [Lire la suite]
Posté par Menon à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2019

Un artiste du monde flottant de Kazuo Ishiguro

Les livres de Kazuo Ishiguro se suivent, mais ne ressemblent pas. J’avais lu avec passion Les vestiges du jour (1989) et Auprès de moi toujours (2005), mais Un artiste du monde flottant(1986) joue sur une autre tonalité. Ishiguro nous entraîne dans la vie de Masugi Ono, un artiste d’estampes qui a fait parti des mouvements patriotiques lors de la seconde guerre mondiale. Alors que, désormais, la guerre est regardée avec honte par le Japon, vouloir marier l’une de ses filles, avec les fameuses enquêtes sur la probité de la famille,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2019

Aleph de Paulo Coelho

Surfant sur le thème de l’auto-fiction (on ne me fera pas croire que les évènements rapportés dans ce roman se sont déroulés tels quels), Paolo se met en scène bien décidé à entamer un long voyage dans la transsibérien après que son maître lui ait intimé l’ordre de voyager. Sur le chemin, il fait la connaissance d’Hilal, une jeune violoniste réputée et douée et, accessoirement, franchement pot-de-colle ; elle a le sentiment que l’écrivain et elle partagent quelque-chose de commun. S’accrochant à lui, et entamant le voyage avec... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2019

Plateforme de Michel Houellebecq

(Il s’agit de ma troisième lecture du Plateforme de Houellebecq – amusant de constater qu’à chacune d’elles mon point de vue sur le roman évolue.) Le narrateur, Michel, après le meurtre de son père, part en tour opérateur du côté de la Thaïlande ; il observe avec un intense cynisme les comportements de ses camarades de voyage et se rapproche de Valérie, une jeune femme qui semble s’intéresser à lui. Malgré sa timidité maladive, il réussit à la revoir sur Paris et une passion violente les amène à vivre rapidement ensemble.... [Lire la suite]
Posté par Menon à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

La métamorphose de Franz Kafka

Ce qui me met mal à l’aise avec la Métamorphose, c’est le refus de Franz Kafka de prendre au sérieux une situation absolument terrifiante. Quand ce voyageur de commerce se réveille dans la peau d’un monstrueux insecte, l’information n’est jamais traitée par la lui avec le sérieux que cela réclamerait. Chez un Lovecraft, par exemple, le narrateur basculerait logiquement dans la folie ; mais Gregor, quant à lui, s’inquiète avant toute chose de la façon dont son employeur lui fera reproche de son retard au travail. Seules les... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2019

L’éducation sentimentale de Gustave Flaubert

Roman d’apprentissage, L’éducation sentimentale raconte l’histoire de Frédéric Moreau qui, en 1840, monte sur Paris faire son Droit et tombe amoureux de Mme Arnoux, la femme d’un marchand d’art. Nous suivrons sa vie jusqu’en 1867 où il multiplie ses amours, mais aussi ses colères et rancunes. En parallèle, nous est présenté le tableau d’une France en plein marasme politique et de Paris le lieu d’une active transformation politique et sociale. Ennuyeux. Voilà le premier mot qui me vient à l’esprit pour décrire ce roman. Autant Mme... [Lire la suite]
Posté par Menon à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]