02 janvier 2017

Poésie improvisée I

Cette porte ouverte sur un torrent déchaîné : C'est toi, c'est nous, c'est notre vie déportée. Le pont relie notre désespoir à notre salut - mais quel que soit le soin que nous mettons à le parcourir, à quêter la sortie, nous nous sentons perdus.
Posté par Menon à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]