10 août 2016

Tu portais...

Tu portais ce pull trop large et, à ton épaule, pendait un vieux sac à mains ; D’une main tremblante, à cause du manque, tu l’ouvris pour y chercher un mouchoir. Tes larmes, se mêlant à ton rimmel, laissaient sur ta peau des coulées noires Et, d’une voix tremblante, tu te rassurais en m’assurant que « ça irait mieux demain. »   Mais demain n’est jamais venu. Une fois rentrée chez toi, tu as dressé Le long du mur, une corde, une potence, pour y pourrir Tu t’es souvenue que tu n’avais décidément plus aucune... [Lire la suite]
Posté par Menon à 11:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]