werber

Parce que sa mère, savante spécialisée dans les rêves et qui lui a notamment enseigné le rêve lucide, a disparu, un jeune scientifique va devoir se mettre à sa recherche. Dans ses rêves, il va faire la connaissance de son moi du futur venu l’épauler pour mettre en place la création d’un nouveau mécanisme onirique… Le dernier roman de Bernard Werber constitue une tentative très faible de créer une histoire centrée autour de l’univers des songes et des rêves assistés. C’est bien simple, si vous ouvrez ce roman pour en apprendre plus sur les rêves, mieux les maîtriser et vous initiez au rêve assisté, vous n’obtiendrez rien du tout. On se demande pourquoi un romancier qui, dans sa préface, affirme maîtriser les rêves lucides, n’informe pas son lecteur pour l’aider à pratiquer. Et pourquoi, plus simplement, bien qu’il dispense quelques informations sur les phases du sommeil ou les somnifères, il en reste à une stricte superficialité alors que tout son livre est vendu comme un commentaire sur l’onirisme. Certes, le livre se lit sans déplaisir ; on tourne facilement les pages et les quelques notes d’humour accompagné de séquences d’aventure permettent de se distraire. Mais une fois ce livre refermé, je l’ai aussitôt retourné à Amazon. Typiquement le genre d’ouvrage à lire pour tuer le temps dans une gare mais que l’on ne gardera pas dans sa bibliothèque.