index

A 45 ans, on n’était plus tout jeune au XVIIIème siècle. Mais quand on a été un libertin, on n’oublie pas facilement le chemin de la chair. Dans cette autobiographie, le pauvre Rétif de la Bretonne raconte comment il est tombé amoureux, pendant un an, d’une prénommée Sara, âgée de seulement 19 ans. Une jeune femme pure et aimante. En apparence. Dans les faits, elle se faisait prostituer par sa mère qui la proposait à des messieurs âgés avec lesquels elle jurait de se marier avant de leur préférer rapidement un nouveau pigeon.

Le défaut du livre tient à ce que le récit de Rétif se révèle assez répétitif. L’auteur ne parvient pas à faire de sa mésaventure amoureuse un récit suffisamment puissant pour captiver tout du long son lecteur. Néanmoins, il dépeint avec talent celle qu’il a aimé et raconte avec honnêteté comment il a pu être captivé par une jeune femme à laquelle il était prêt à tout donner et comment il fut piégé.

Restent, par ailleurs, les dernières lignes de l’ouvrage, lumières dans les ténèbres, montrant que le plus berné et humilié des hommes peut toujours réussir, un jour, à sortir la tête de l’eau et à retrouver ses sens.