index

Lorsque Michel Onfray dévoile celui qu’il est dans un énième Journal, le lecteur – effaré – découvre un être profondément repoussant, bouffi de certitudes et dégueulant volontiers sa détestation de tous ceux ne pensant pas comme lui et ne sacrifiant pas à son culte de l’hédonisme dont il est assurément le prophète. Une immondice qui justifie le mépris dans lequel on doit tenir son auteur.