21 novembre 2014

Confessions de Gabriele Amorth

Alors que l’Eglise ne veut plus entendre parler de la réalité de Satan et des exorcistes, le père Gabriele Amorth pousse un cri d’alarme. Lui travaille 365 jours sur 365. Les demandes croulent et il ne peut plus faire face. C’est que Satan n’a jamais été aussi présent. Ce livre se révèle définitivement passionnant. Le prêtre est confronté à un mystère : une souffrance anormale que rien ne semble pouvoir endiguer. Et dès lors que le prêtre se plonge dans l’exorcisme, le patient devient bestial. Il faut parfois 5 hommes pour le... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

Evangile de Loucas traduit et commenté par André Chouraqui

L’intérêt de cette édition est multiple. Outre la remarquable traduction d’A. Chouraqui qui a retrouvé le substrat hébreux sous le Grec des Evangiles, cette édition est commentée pratiquement ligne par ligne et bénéficie d’une solide introduction nous éclairant sur le contexte historique de la Palestine au moment de l’action de prêche de Jésus. Si on veut vraiment comprendre la figure de Jésus et de son enseignement, cette édition rendra un fier service. Ainsi découvre-t-on un homme qui trouve à sa gauche les Zélotes,... [Lire la suite]
Posté par Menon à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2014

Le Zahir de Paolo Coelho

Un célèbre écrivain découvre que sa femme l’a quitté. Pendant des années, il tente de retrouver sa trace. Cette période de purgatoire émotionnelle est l’occasion pour lui de faire le point sur sa vie. Tentant de comprendre la décision de son épouse, il en revient à remettre en question la façon dont il l’a aimé et dont il a mené sa propre vie. Autofiction jouissant d’une belle écriture, le Zahir nous renvoie à nos propres failles et fêlures et nous donne aussi l’impression de vivre aux côtés de Coelho en sa quête de l’Amour. Un... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

Aden Arabie de Paul Nizan

Dans cet ouvrage, Paul Nizan raconte son exil en la ville d’Aden. Dans une langue complexe, chantournée et opaque, il raconte la folie des Hommes, la difficulté à être, le pari insensé que représente la vie. Hélas, l’exigence de son style rend la lecture de son essai ô combien difficile. A tel point que l’on a souvent la sensation de ne rien comprendre à ce qu’il raconte. A noter que l’ouvrage débute par une préface de Jean-Paul Sartre qui rend hommage à Nizan après son décès. Elle aussi se relève ardue à lire mais elle est... [Lire la suite]
Posté par Menon à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]