lucien

Démasquer les gourous, faire tomber les charlatans, voici le but que défend Lucien de Samostrate. Ce philosophe à la dent dure livre la vie d'Alexandre, un faux prophète qui manipula les foules et même des personnalités intelligentes alors que le Christianisme commençait à s'imposer dans l'Empire et que l'Epicurisme tenait bon.

Le texte pourra en amuser certains mais il n'a rien de bien passionnant. Ce qui est intéressant réside surtout dans la façon dont Alexandre donne l'illusion d'avoir des pouvoirs. Ses « trucs » sont bien expliqués par un Lucien qui lui crache au visage mais n'en oublie pas pour autant ses adorateurs. Lucien méprise tout homme se laissant berner, se plaçant du côté de « ceux à qui on ne la fait pas ». Ce sentiment de supériorité blesse le sentiment du lecteur avisé qui lui sait que n'importe qui peut un jour croire ou se faire berner car l'homme est ainsi fait.

Ainsi, ce petit texte rate sa cible : alors qu'on aurait aimé y trouver un Manuel de réflexion et de suspicion, on a le droit à un récit cocasse et ironique mais finalement pauvre d'un point de vue philosophique.