51XPRENKCVL

Superman/Tarzan – Fils de la Terre fait partie de ces récits situés hors continuités et dans un univers parallèle à celui de DC comics, détenteur de la licence Superman. Ici, le fils de Krypton va s'écraser dans la jungle et être sauvé par un singe qui va l'élever. Grand au fils de Lord Greystoke, il sera élevé en Angleterre. Mais le jeune homme se sent perdu comme s'il lui manquait quelque chose. En réalité, comme il aurait du naître dans la jungle, il a été privé de son destin – mais une expédition va le ramener à ses racines « perdues ».

Le dessin de Carlos Meglia donne un cachet certain à cet album – influencé par le manga, Tex Avery et le comics, feu le dessinateur argentin livre des planches hyper dynamiques avec des personnages aux design caricaturaux rappelant le dessin animé de Batman de Bruce Timm. La mise en couleur, au diapason, fait de cet album un petit bijou même s'il faut bien reconnaître que le découpage de Meglia manque de lisibilité.

On n'en dira pas autant du scénario. Chuck Dixon réussit l'exploit de signer un album sans histoire, alignant des planches sans aucune motivation et se réveillant dans le dernier mouvement de l'album qui se conclue aussi vite qu'il aura commencé. Il bâcle d'ailleurs la conclusion, rate totalement son Lord Greystoke et fait de Loïs Lane un personnage antipathique.

Si vous êtes amateur de Meglia, cet album devrait vous ravir. Si vous êtes fan de Superman ou Tarzan, mieux vaut passer votre chemin.

tt