ExtraitEvangileJean

Le prologue de l'Evangile selon St Jean est peut-être le texte le plus magnifique de la Bible. Il s'agit d'un écrit capital et incroyablement habité puisqu'il réécrit la Genèse. Or, pour un Juif, la sacralité des Ecritures interdit toute réécriture, à moins qu'une Révélation ou une pure analyse logique le lui autorise. (ainsi est-il kabbalistiquement correct de dire que c'est la Sagesse qui est à l'origine de la Création tout simplement parce que la valeur numérique de Sagesse, en Hébreu, est équivalente à celle du Saint Tétragramme YHWH). De fait, et c'est troublant, le Prologue de Jean rejoint l'intuition métaphysique des Hindous avec Atma - le Principe ou Dieu et Maya, le rayonnement ou l'illusion. Ce texte a-t-il été écrit par une personne initiée à l'Hindouisme ? Ou bien Jean a-t-il simplement retrouvé le sens même de la Création du monde ?

Lire ce texte, c'est s'ouvrir à la métaphysique en ce qu'elle a de plus noble et pure. Même si vous ne croyez pas, cela importe peu : lisez le texte, si possible à haute voix. Il est impossible que vous ne ressentiez pas quelque chose d'étrange se dérouler en vous. Comme une résonance particulière, une sensation aussi forte que celle pouvant vous prendre face à un chef d'oeuvre de l'art.

Je donne le texte en Français mais aussi en Latin car c'est une langue proprement sacrée. J'en profite pour souligner que les sémitisants insistent sur le fait que l'Evangile de Jean a primitivement été écrit en Hébreu. De fait, Bernard Dubourg en son Invention de Jésus raille la traduction latine de St Jérôme et son In principio - A l'origine. Quelle origine ? Quel commencement ? s'exclame-t-il. Il est dommage qu'il ne perçoive pas que ce terme de Principio assone curieusement avec Principe - idée qu'à l'origine de tout est un Dieu qui s'appelle en réalité Principe car il est impossible de connaitre Dieu et que dès lors que je parle de Dieu, je le fais mien, et donc je le réduis.

Il est bien évident que cette Création est tout autant intérieure qu'extérieure. La lecture du Prologue affirme, et permet de prendre conscience, de la Création intérieure ; de l'ouverture du Coeur et de l'Esprit à une Réalité. Le corps est le Temple du Christ nous dit Saint Paul, il est donc sacré. Le coeur est le Tabernacle du Christ : il l'est tout autant. De la même manière qu'ouvrir les volets clos d'une maison permet d'y faire entrer la lumière, la lecture de ce Prologue a pour fonction de révéler la présence de la Lumière. Ceci fonctionne aussi bien pour les croyants que les non-croyants !

1.1
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
1.2
Elle était au commencement avec Dieu.
1.3
Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
1.4
En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
1.5
La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.
1.6
Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean.
1.7
Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.
1.8
Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.
1.9
Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
1.10
Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.
1.11
Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.
1.12
Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
1.13
non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.
1.14
Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

I In principio erat Verbum et Verbum erat apud Deum et Deus erat Verbum.
2 Hoc erat in principio apud Deum.
3 Omnia per ipsum facta sunt et sine ipso factum est nihil quod factum est.
4 In ipso vita erat et vita erat lux hominum.
5 Et lux in tenebris lucet et tenebrae eam non conprehenderunt.

6
Fuit homo missus a Deo cui nomen erat Iohannes.
7 Hic venit in testimonium ut testimonium perhiberet de lumine ut omnes crederent per illum.
8 Non erat ille lux sed ut testimonium perhiberet de lumine.
9 Erat lux vera quae inluminat omnem hominem venientem in mundum.
10 In mundo erat et mundus per ipsum factus est et mundus eum non cognovit.
11 In propria venit et sui eum non receperunt.
12 Quotquot autem receperunt eum dedit eis potestatem filios Dei fieri, his qui credunt in nomine eius,
13 qui non ex sanguinibus neque ex voluntate carnis neque ex voluntate viri sed ex Deo nati sunt.
14 Et Verbum caro factum est et habitavit in nobis et vidimus gloriam eius gloriam quasi unigeniti a Patre plenum gratiae et veritatis.