2070366073.01.lzzzzzzz1

Je viens de terminer Les Mots de Sartre : il s'agit d'un livre vraiment fascinant, avec cette psychanalyse dans laquelle l’auteur s’analyse avec une justesse assez confondante… Et puis, malgré ce que prétend Sartre, le Surmoi est bien là : à travers ce grand-père qui lui prophétise sa vie d’écrivain, qui le marque profondément de son empreinte… étrange de voir un homme aussi intelligent que Sartre tomber des analyses aussi excellentes sur lui et se fourvoyer sur un point de détail. Son Surmoi, ce n’est pas son père, mais son grand-père, ce « Moïse » comme il le décrit (et parler de son grand-père comme d’un Moïse, c’est un aveu freudien !, voir Lacanien).

Et aussi, ce terrible éclair de lucidité sur sa cécité futur : enfant, Sartre raconte qu’il sait qu’un jour, il finira comme un écrivain aveugle… et cela a vraiment eu lieu ! Effrayant de voir comment, parfois, on peut avoir l’intuition de sa faiblesse, de sa chute. Rêver à 9 ans de sa cécité de 70 ans…