2070388980.08.lzzzzzzz

Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine est un roman composé entièrement en vers. En l’ouvrant, je m’attendais à découvrir une œuvre lyrique, romantique et tourmentée. Quelle n’a pas été ma surprise de découvrir un texte plein de légèreté mettant certes en scène une histoire d’amour des plus romantique, mais gardant une tonalité ironique surprenante.

L’histoire est celle d’Eugène, jeu noble désoeuvré et ennuyé par la vie, qui se lie avec un poète idéaliste. Ce compagnon s’amourache de la belle Olga et Tatiana, la jeune sœur de cette dernière s’éprend d’Eugène. Mais, une dispute entre les deux compères va précipiter la vie de ces charmantes personnes.

La version éditée Gallimard est idéale, parce que la traduction, bien que présentée sous forme de vers, ne s’embarrasse pas de rimes difficiles à retranscrire en Français. Je donne ici le lien de la traduction du premier chapitre aux éditions Actes Sud : le lecteur pourra y lire une adaptation respectant les rimes et les vers en octosyllabes. Pour ma part, je trouve le texte moins fluide ainsi.

Eugène Onéguine est vraiment un roman à lire au premier degré : c’est beau, mélancolique et romantique ; le romancier n’en oublie pas pour autant l’humour et les clins d’oeils de connivence avec le lecteur. Unr œuvre qui s’offre avec candeur et naturelle.