02 août 2005

L'idiot de Fédor Dostoïevski

Soulignons d’emblée une particularité essentielle à ce livre : L’Idiot n’a pas de structure, ou plutôt une structure explosée, un peu comme un peintre qui aurait projeté à l’aide de son pinceau des coups de peintures sur une toile… De fait, ce roman de Fédor Dostoïevski a certes un début et une fin, mais il serait très difficile de définir le plan du livre. Voir carrément impossible. C’est un roman de la contingence, en ce sens que, au gré de ses rencontres et des évènements qu’il vit, le prince Mychkine donne au récit le visage... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2005

Gorgias

Pour tous ceux qui pensent qu'une discussion de philosophie est aussi lourde et soporifique qu’un concert de Mireille Matthieu, je vous invite à lire le Gorgias de Platon. Son maître Socrate s'entretient poliment avec un sophiste (soit un maître en rhétorique) qui a déjà une belle carrière derrière lui. Trop faible, Gorgias se fait verbalement rosser par un Socrate qu'on ne connaissait pas aussi sévère et dur. Le jeune Polos, assistant de son maître, vient à sa rescousse, mais Socrate le domine et Polos passe pour le dernier des... [Lire la suite]
Posté par Menon à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]